BON CHIC MAUVAIS GENRE #62: spécial "Dentisterie et Orthodontie"

Publié le par Dr Devo

[Affiche réalisée par Lammakian Samsenesena]

[Affiche réalisée par Lammakian Samsenesena]

Bon Chic Mauvais Genre, votre soirée double programme préférée - consacrée à un cinéma entier, transgressif, délirant, flamboyant et programmée par les projectionnistes du cinéma Le Majestic de Lille en collaboration avec la revue Distortion – rend hommage, pour cette 62ème édition, à un sujet trop peu abordé au cinéma : l'orthopédie dento-faciale !

Pour vous Madame, deux films qui explorent à fond le sujet et mettent en valeur son impact sur le mal-être adolescent. Il s'agira tout d'abord de CARRIE, le célèbre chef-d'oeuvre de Brian DePalma, film magnifique qui sera projeté en copie numérique restaurée, et TEETH, ahurissant film d'horreur dont le sujet, plus qu'original, sera vous émouvoir !

Deux belles occasions de se ballader entre le film fantastique et le film de collège au travers de ces deux longs-métrages qui montrent toute l'horreur d'un certain puritanisme américain...

 

 

 

 

 

 

 

[NoteDuDr: si vous n'avez jamais vu le film, ne vous gâchez pas le plaisir avec cette bande-annonce trop impudique. Regardez 30 secondes, voyez comme c'est beau et ça fera l'affaire !]

19H30 : CARRIE de Brian DePalma – USA – 1976 – 98 min – Copie numérique restaurée – vostfr. Interdit aux moins de 16 ans.

Avec : Sissy Spacek, Piper Laurie, John Travolta, Amy Irving, Nancy Allen, William Katt…

 

Carrie White, une adolescente au physique ingrat vit entre sa mère névrotique, folle de Dieu et ultra-puritaine ,et le lycée où elle est invisible aux yeux des autres. Lorsqu'elle devient femme et a ses premières règles dans les douches du lycée, devant ses « camarades » de classe, Carrie devient la cible des quolibets et des rires. Seule Miss Collins, sa professeur de sport, lui montre compréhension et bienveillance. Mais de cette expérience traumatique et humiliante, la jeune apprend une chose : elle possède des pouvoirs télékinétiques...

On ne présente plus CARRIE, un des grands chef-d'oeuvres de DePalma. Malgré un budget assez modeste, le film, même 40 ans après (ou presque !), garde son incroyable force. Le film reste toujours aussi baroque et la mise vraiment spectaculaire, nourrit une ambiance à la fois terrifiante (je pèse mes mots) et émouvante.

Il faut dire que dés l'ouverture (une des plus belles et subtiles introductions de l'histoire du cinéma si vous voulez mon avis), le ton est donné : ce sera un festival hallucinant de grandes idées de mise en scène : découpage au cordeau, cadrages et choix de focales extraordinaires, photographie sublime et des décors superbes et inventifs... CARRIE serait, rien que pour ces raisons un film importantissime mais c'est sans compter la formidable complicité et l'engagement sans faille de ses collaborateurs : Pino Donaggio signe une partition sensationnelle et le casting cinq étoiles à qui DePalma a demandé de tout essayer et même de lui proposer de nombreuses idées. Si on retrouve John Travolta et Nancy Allen ( le couple de BLOW OUT), CARRIE doit beaucoup à ses deux actrices principales : la terrible Piper Laurie et l'immense Sissy Spacek , véritablement en transe et même en lévitation dans ce film !

En bref, quelle chance de pouvoir (re)voir ce film sur grand écran et d'autant plus qu'il sera ici projeté en copie numérique restaurée !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21H30 : TEETH de Mitchell Lichtenstein – USA – 2007 – 94 min – 35 mm – VOSTF- interdit aux moins de 12 ans (avec avertissement!).

Avec : Jess Weixler, John Hensley, Josh Pais, Hale Appleman, Lenny Von Dohlen, Vivienne Benesch…

Dawn vit avec sa mère, son beau-père et son demi-frère. Si les relations familiales restent bonnes, elle a moins d'atomes crochus avec son demi-frère, jeune homme rebelle et libertaire. Dawn fait partie d'une ligue de vertu qui prône l'abstinence avant le mariage et elle doit gérer ses convictions avec ses envies et pulsions de jeune femme. Les choses vont prendre une tout autre tournure lorsqu'elle se découvre une terrible anomalie anatomique qui pourrait bien remettre en cause sa future vie sexuelle...

 

Fils de l'artiste pop-art Roy Lichtenstein, acteur chez Ang Lee ou Robert Altman, scénariste à ses heures, Mitchell Lichtenstein signe avec TEETH un long-métrage très étonnant et encore plus : terriblement original et hors-norme.

Si le film pourrait suivre les pas des grasses comédies de collège américaines, genre AMERICAN PIE, il n'en est absolument rien. Après une première partie assez classique qui reprend ouvertement les codes de ces films de collège (et rend hommage aux films d'horreur des années 80), le film bascule avec la découverte de l'infirmité anatomique de son personnage. Et là, il faut accrocher ses ceintures (de chasteté et de sécurité).

C'est le pari fou de Lichtenstein : le film quitte son cadre de comédie originale pour glisser vers une atmosphère beaucoup plus sombre et violente, et même volontiers gore, mais où la finesse est très loin d'être exclue. Le parti-pris est surprenant : l'élément fantastique est toujours présent de manière très graphique, et dans le même temps le film reste très proche de son personnage principal, jeune femme groggy qui reçoit la découverte de la sexualité en pleine figure. Il en résulte un film très noir qui peut mettre mal à l'aise mais qui est aussi une odyssée sensuelle et impressionniste très subtile.

Le sexe est montré comme rarement au cinéma : de manière sérieuse et adulte. Et à travers l'horreur de son parcours, on assiste surtout à la naissance d'un individu et d'un être sensible que sa particularité condamne à affronter violemment la société.

TEETH est donc un film sombre, sensuel et ambivalent qui puise sa force dans son interprète principale, véritablement excellente, mais aussi dans son dispositif unique et subtil reposant sur une narration tout en rupture et finalement ultra-poétique. Il faut redécouvrir TEETH car c'est un film vraiment unique et bien plus adulte, beau et parfois abstrait que la plupart des films dit « sérieux ». Pour sa première réalisation, Lichtenstein ne s'est pas moqué de son spectateur en proposant un film aussi bizarrement ambitieux.

 

 

Dr Devo.

 

 

 

 

 

Dress-code de la soirée (1 DVD à gagner pour le meilleur déguisement !): lycéenne, adolescent, beau gosse de la classe, professeur, tenues "années 70", sportif, cochon (l'animal, hein!), boule disco, médecin, gynécologue,prêcheur, fanatique religieux, vierge, prêtre, vieux papy, George Marchais ou spectateur du Majestic.

Réservations fortement conseillées : possibles dés le lundi 4 Janvier à la caisse du Cinéma Le Majestic. Soirée proposée par le site Matière Focale.com, le magazine Distorsion et les projectionnistes du cinéma Majestic. Tarifs: 13 euros les deux films / 1 film aux tarifs habituels. Cartes illimitées ugc acceptées pour les deux films .

 

Prochaine soirée BON CHIC MAUVAIS GENRE (attention: la date est atypique !) : vendredi 28 février 2016.

 


Vous pouvez inviter vos amis à cette soirée, via la page Facebook dédié à cet événement: cliquez ici !

Publié dans Mon Général

Commenter cet article