BON CHIC MAUVAIS GENRE #66: Spécial Dario Argento

Publié le par Dr Devo

[affiche réalisée par Lammakian Samsenesena.]

[affiche réalisée par Lammakian Samsenesena.]

BON CHIC MAUVAIS GENRE, c'est votre soirée consacrée au cinéma décalé, oublié, beau, déviant, flamboyant et/ou sublime, tous les mois au Majestic ! Une soirée double-programme, préparée par les projectionnistes du Majestic, en collaboration avec le livre-magazine Distorsion et le fameux Medusa Fanzine....

 

Et ce Vendredi 13 Mai, nous allons rendre hommage à un de nos réalisateurs préférés, Dario Argento, le populaire maître du giallo, ce genre italien sans équivalent mélangant le thriller et le fantastique !

 

Vous n'avez jamais entendu parler du giallo ? Vous ne connaissez pas Argento ? Vous ne savez pas où se trouve l'Italie ? Voilà qui n'est absolument pas grave. un seul conseil: venez et c'est tout un pan de cinéma à la fois terrifiant et sublime qui va s'ouvrir à vous ! Vous n'allez pas en revenir: c'est une promesse ! Et pour ceux qui connaissent le grand Dario sur le bout des doigts, venez redécouvrir enfin ces films en salle, sur grand écran et en copies numériques restaurées ! Ca aussi, ça va vous changer la vie ! On commence dés 19h30 avec LE CHAT A NEUF QUEUES, deuxième film d'Argento, et subtile variation hitchcockienne très rare au cinéma. A 21h30, nous enchaînerons alors sur un de ces films qui fit le plus scandale peut-être, PHENOMENA, un des chefs d'oeuvre du maître!

[Une bien belle bande-annonce comme on en voit peu souvent...]

19H30 : LE CHAT A NEUF QUEUES (Il Gatto A Nove Code) de Dario Argento – Italie/Allemagne de l'Ouest/France – 1971 – 90 min – Copie numérique HD restaurée (dcp) – v.o sous-titrée.

 

Avec: James Franciscus, Karl Malden, Catherine Spaak, Pier Paolo Capponi, Horst Frank, Rada Rassimov, Carlo Alighiero…

 

Franco Arno est à la retraite. Aveugle, il vit seul avec sa jeune nièce et gagne sa vie en rédigeant des mots croisés. Une soir, alors qu'il se ballade, il surprend une étrange discussion entre deux hommes assis devant une clinique spécialisée dans la recherche génétique. Le soir même, le gardien de la clinique est assassiné. C'est le début d'une vague de meurtres qui va ensanglanter la ville. Franco décide alors de faire équipe avec un jeune journaliste et de mener ainsi leur propre enquête... Un jeu qui pourrait devenir bien dangereux !

 

Deuxième film de Dario Argento, LE CHAT A 9 QUEUES démontre que le réalisateur n'a pas mis longtemps à maîtriser le "giallo" et même à surpasser ses prédécesseurs ! Malgré tout, ce film est, à tort, resté un peu oublié dans la carrière du réalisateur. Certes, LE CHAT... se démarque un peu du reste son oeuvre: c'est sans doute son film le plus classique et on est loin de la folie furieuse et de l'hystérie esthétique de ses futurs grands opus.

 

Néanmoins, LE CHAT A 9 QUEUES est un film superbe qui justifie amplement dans le déplacement ! Et encore aujourd'hui, il reste beau et passionnant. Car déjà, cette variation hitchcokienne très personnelle (Argento vénère le réalisateur anglais) est très belle et extrêmement soignée. Le réalisateur s'essaye déjà à certaines expérimentations grâce a des plans inhabituels ou expérimentaux qu'on retrouvera ensuite dans le reste de son oeuvre. C'est notamment le cas avec une utilisation malicieuse et très efficace de gros plans tout à fait iconoclastes (qui annonce déjà LES FRISSONS DE L'ANGOISSE) ou encore un travail passionné sur les couleurs et la composition des plans qui donnera lieu à des séquences tout à fait gouleyantes (cf. la scène du labo photo). Notons aussi un joli casting anglophone et une musique d'Enio Morricone, ce qui ne gâche rien. LE CHAT.. est un excellent film qu'il serait criminel de ne pas voir en salle, chose rare !

 

 

[De bien belles images en effet... Mais attention, cette bande-anonce dévoile beaucoup trop de choses et est beaucoup trop longue... Regardez en 30 secondes au hasard, pour ne pas vous gâcher le plaisir une fois en salle !]

21H30 : PHENOMENA de Dario Argento – Italie – 1985 – 105 min – copie numérique HD restaurée (dcp)– V.O. sous-titrée.

Avec: Jennifer Connely, Daria Nicolodi, Fiore Argento, Patrick Bauchau, Donald Pleasance, Fiorenza Tessari, Frederica Mastroiani…

 

La jeune Jennifer Cornivo est envoyé par son père, un célèbre acteur américain, dans une pension pour jeunes filles de très bonnes familles, au coeur des Alpes suisses, afin qu'elle reçoive là la meilleure des éducations. La jeune fille se sent seule et abandonnée et multiplie les crises de somnambulisme. Elle rencontre aussi un enthomologiste grâce auquel elle se découvre une étrange pouvoir avec les insectes... Un pouvoir qui va peut-être de se mettre sur la piste d'un serial-killer qui a sévit dans la région, il y a quelques années…

 

 

PHENOMENA marque un retour de Dario Argento au surnaturel, et plus encore, c'est le début d'une rupture artistique dans la filmographie du réalisateur. Argento signe un film à la mise en scène complétement folle et précise, mais sans reprendre le maniérisme baroquissime et ultra-chargé d'un SUSPIRIA. Ici, le matériau se veut plus brut, plus formel et plus direct. Mais cela n'empêche pas au film de se révéler d'un lyrisme hallucinant mais aussi d'une tonalité plus douce-amère à travers le parcours de sa jeune héroïne délaissée. Ce lyrisme, on le doit à un sens du détail quasi-maniaque et à une la logique poétique poussée à l'extrême. Mais c'est aussi le fruit d'un travail hallucinant sur le son du film et sur sa bande-originale. Le réalisateur retrouve le groupe Goblin qui compose ici quelques thèmes ultra-efficace dont Argento casse parfois la logique ou le rythme en utilisant de manière plus qu'inattendue quelques morceaux de hard-rock (Iron Maiden, Motorhead) qui donne un souffle totalement inouï au film ! (une idée de rupture musicale pillée allégrement par moult cinéastes pas la suite, à l'image de Tarantino, par exemple).

 

 

Ce rythme magnifiquement travaillé et ce grand sens des séquences lyriques n'est pas tout ce qui fait le sel de PHENOMENA. Le casting, tout d'abord est sublime. Il consacre Jennifer Connely, jeune actrice d'alors qui sort du tournage du IL ETAIT UNE FOIS EN AMERIQUE de Sergio Leone et dont Argento sait travailler toutes les nuances. Poussée par le maître, sa performance est inoubliable et le film lui doit beaucoup. A ses côtes on retrouve Daria Nicolodi, Patrick Bauchau et surtout un Donald Pleasance très en forme qui trouve ici un des ses meilleurs rôles. Notons enfin que le film, parfois lyrique, parfois violent, souvent onirique, ne pourrait trouver son équilibre sans un certain sens de l'humour et de la cocasserie (ici, un singe-infirmière, là des insectes-detectives, etc.) qui forge aussi la véritable identité du film et le rend étrange et fascinant. PHENOMENA est un chef-d'oeuvre indispensable pour tous les amateurs de fantastique et/ou de thriller car il est traversé par le sentiment que tout peut arriver, que tout est possible, et parce qu'il fait se côtoyer la poésie, la détresse, l'humour et la sauvagerie.

 

 

Dr Devo.

Dress-code de la soirée (1 DVD à gagner pour le meilleur déguisement !): Jeune fille étrange, journaliste, personnage aveugle (célèbre ou non), fillette, policier, inspecteur, directrice, chauffeur de bus, insecte, singe, musicien hard-rock/metal, gobbelin/troll/hobbit, garde suisse, Mylene Farmer  ou spectateur du Majestic. Les prix pour le concours de déguisement sont donnés au début de la deuxième séance !

Réservations fortement conseillées : possibles dés à présent à la caisse du Cinéma Le Majestic. Soirée proposée par le site Matière Focale.com, Médusa fanzine, le magazine Distorsion et les projectionnistes du cinéma Majestic. Tarifs: 13 euros les deux films / 1 film aux tarifs habituels. Cartes illimitées ugc acceptées pour les deux films.

Invitez vos amis via la page-évenement facebook de la soirée: cliquez ici !

Prochaine soirée BON CHIC MAUVAIS GENRE, le  vendredi 3 juin 2016: spécial théma "Black is Beautiful".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article