BON CHIC MAUVAIS GENRE #67: Spécial "Black & Beautiful"

Publié le par Dr Devo

[Affiche réalisée par Lammakian Samsenesena.]

[Affiche réalisée par Lammakian Samsenesena.]

Bon Chic Mauvais Genre, votre soirée double programme préférée - consacrée à un cinéma entier, transgressif, délirant, flamboyant et programmée par les projectionnistes du cinéma Le Majestic de Lille, et en collaboration avec le magazine DISTORSION – termine sa sixième saison ce vendredi 3 juin avec un programme superbe consacré à deux films qui prouveront qu'on peut faire des films à forte connotation sociale mais qui soient aussi magnifiques esthétiquement et totalement rock'n'roll. Deux films mettent la communauté noire dans le cinéma américain à l'honneur.

 

On commencera avec DO THE RIGHT THING de Spike Lee, le film polémique, drôle et poignant qui valut au réalisateur autant de louanges que de critiques ultra-violentes. Puis nous rendrons hommage à Wes Craven, récement disparu, en présentant THE SERPENT AND THE RAINBOW, film oublié sans doute, rarissime au cinéma certainement, qui ne trouva absolument pas son public à l'époque et qui est pourtant un des 2 ou 3 plus grands films du réalisateur. Il y explore les mythes vaudous, la zombification et aussi un bouleversante évocation de Haïti sous le joug dictatorial et violentissime du régime Duvalier.

A noter que ces deux films seront présentés en copies numériques restaurées...

 

 

 

 

 

 

 

 

19H10 : DO THE RIGHT THING de Spike Lee – USA – 1989 – 120 min – Copie numérique restaurée – vostfr.

Avec : Danny Aiello, Ossie Davis Ruby Dee, Giancarlo Esposito, Spike Lee, John Turturro, John Savage, Miguel Sandoval…

 

Sal, un italo-américain tient une pizzeria dans le quartier de Bedford-Stuyvesant, dans la banlieue de Brooklyn. C'est le seul blanc du quartier et, aidé de ses deux fils, son commerce est très apprécié par les habitants du voisinage. C'est Mookie, un garçon cool mais assez fainéant qui lui sert de livreur. Cet été là, il fait chaud, très chaud. Et bien que les habitants du quartier s'adonnent à leurs occupations quotidiennes, la chaleur mets petit à petit tout le monde sur les nerfs. En livrant ses pizzas, Mookie sent que la journée ne va pas se dérouler normalement et qu'il suffirait de bien peu pour que tout dégénère...

 

On a tendance, avec le temps, à oublier quelques peu Spike Lee, et pourtant... Son 3éme film DO THE RIGHT THING provoqua à l'époque une polémique hallucinante aux USA (où la critique craignait que le film conduise à la violence urbaine!) ou encore au festival de Cannes (ou le président du jury Wim Wenders refusa de donner la Palme d'Or au film à cause du personnage de Mookie, joué par Lee, qu'il trouvait détestable et peu héroïque!).

 

25 après , le film n'a non seulement pas pris une ride mais semble toujours d'une pertinence et d'une actualité brûlante. Spike Lee signe ici un film tout sauf anonyme, et si le propos est d'abord social, c'est aussi un long-métrage percutant, passionnant et au rythme subtil. Lee dresse une galerie de personnages extrêmement réussis et différents, et il sait mettre le doigt sur les questions essentielles et polémiques. DO THE RIGHT THING dépasse alors son contexte strictement social et met en évidence la violence intrasèque de la société contemporaine à l'aide de contrastes saisissants : amour/haine, pauvres/riches, justice/injustice, etc. Le spectateur est donc remis en question, mis en face de situations souvent paradoxales et parfois complexes.

 

L'impact de ce très beau film est autant sensuel qu'intellectuel, car le long-métrage est superbement mis en scène. Le travail sur les couleurs est splendide, le montage précis, et les idées de cadrages sont souvent magnifiques, voire même assez folles. Ajoutez à cela un casting aux petits oignons (avec un grand Danny Aiello) et la célèbrissime musique du groupe Public Enemy, et vous vous rendrez compte que ce film, 25 ans après donc, écrase encore aujourd'hui la concurrence tant sa force, sa beauté, son humour et sa subtilité font passer les films "sociaux" contemporains pour des livres de la bibliothéque rose : gnangnans, naïfs esurtout beaucoup plus laids !

 

 

 

 

 

 

[NdDr: bande-annonce pas tout à fait dans le format du film, mais bon... ça donne une idée !]

21H30 : THE SERPENT AND THE RAINBOW de Wes Craven – USA – 1988 – copie numérique restaurée – v.o .s.t.F.

Avec : Bill Pullman, Cathy Tyson, Zakes Mokae, Paul Winfield, Brent Jennings, Conrad Roberts…

Dennis Alan, un jeune médecin américain, entend parler d'une drogue artisanale fréquemment utilisée dans les rites de magie noire et vaudou, notamment ceux dits de "zombification". Il se rend à Haïti. Avec l'aide d'une jeune psychiatre locale, il commence son enquête. Mais rapidement, les terribles Tontons Macoutes essaient de l'écarter de son but... Alan va devoir affronter non seulement la puissance des ténèbres mais aussi celles tout aussi effrayantes du totalitarisme politique...

Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce film assez mal aimé de Wes Craven, sorti sur les écrans français sous le titre L'EMPRISE DES TENEBRES, est tiré d'un livre documentaire écrit par un anthropologiste et biologiste américain. Ce qui n'empêche pas le réalisateur de l'adapter sous l'angle de la fiction et plus encore, du fantastique.

Le résultat est à proprement parler unique et hallucinant ! Car oui, THE SERPENT AND THE RAINBOW est un film complètement à part tant il mêle de manière viscérale la trame fantastique et horrifique du scénario à l'implacable et violentissime peinture de la société haïtienne en plein régime Duvalier. Tourné sur place, le film laisse son spectateur et son héros sans répit et les embarque pour un vertigineux voyage horrifique et mental, qui va en crescendo dans la violence et nous plonge entièrement dans la noirceur même de l'âme humaine.

Le sujet est donc très touchant et marquant, et ce d'autant plus qu'il est soutenu par une mise en scène très belle, mêlant fiction et réel, décors naturels ou non, laissant une impression de dépaysement total qui contribue largement au sentiment de perdition du héros et renforce le climat bouleversant et anxiogène du film. Les scènes fantastiques sont assez graphiques, et le montage image et sonore est très immersif donne au film ce ton résolument original et sans précédent.

La prise de risque est donc totale. Le réalisateur des FREDDY... et des futurs SCREAM a d'ailleurs mis en place un casting excellent faisant la part belle à des acteurs pourtant peu ou pas connus, et il arrive à signer là sans doute le film le plus beau et le plus marquant de sa filmographie. Il est donc tout à fait urgent de redécouvrir ce très grand film de l'histoire du cinéma fantastique et de lui redonner toute la place qu'il mérite !

Dr Devo.

 

 

 

 

Dress-code de la soirée (3 DVD à gagner pour le meilleur déguisement !): Pizzaiolo, policier, rappeur, look hip hop 80's, Pacino-Sinatra-DeNireo (ou tout autre idole italo-américaine), papy, livreur, docteur, zombie, sorcier, marabout, cultiste vaudou, serpent, arc-en-ciel, psychiatre, dictateur, Michel Drucker ou spectateur du Majestic. Les prix pour le concours de déguisement sont donnés au début de la deuxième séance !

Réservations fortement conseillées : possibles dés à présent à la caisse du Cinéma Le Majestic. Soirée proposée par le site Matière Focale.com, le magazine Distorsion et les projectionnistes du cinéma Majestic. Tarifs: 13 euros les deux films / 1 film aux tarifs habituels. Cartes illimitées ugc acceptées pour les deux films.

Invitez vos amis via la page-évenement facebook de la soirée: cliquez ici !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article