BON CHIC MAUVAIS GENRE #78: avant-première de LAISSEZ BRONZER LES CADAVRES de Hélène Cattet et Bruno Forzani, en présence des réalisateurs...

Publié le par Dr Devo

BON CHIC MAUVAIS GENRE #78: avant-première de LAISSEZ BRONZER LES CADAVRES de Hélène Cattet et Bruno Forzani, en présence des réalisateurs...

C’est avec une superbe rencontre que nous allons débuter cette 9éme saison de BON CHIC MAUVAIS GENRE, votre soirée double programme consacré au cinéma transgressif, délirant, rare et précieux – programmée par les projectionnistes du cinéma Le Majestic de Lille en partenariat avec les sites Matière-Focale.com, la revue Distorsion et le fanzine Medusa .

 

Ce mardi 17 octobre, à 20 heures, au cinéma Majestic, nous recevrons en effet pour la 3éme fois les réalisateurs Hélène Cattet et Bruno Forzani pour leur très étonnant nouveau film : LAISSEZ BRONZER LES CADAVRES, adapté du polar écrit par Jean-Patrick Manchette et Jean-Pierre Bastid.

Et vous allez voir, après AMER et L’ETRANGE COULEUR DES LARMES DE TON CORPS (leur deux premiers films), une fois de plus, la beauté et l’audace sont au rendez-vous dans ce film qui pourrait même surprendre les fans des deux réalisateurs.

Et à la fin de la projection aura lieu une rencontre avec eux où vous pourrez leur poser toutes vos questions !

 

Alors, elle commence pas bien mon année 2017-2018 ?

 

[A noter: le fanzine Médusa étant partenaire de cette soirée,  des exemplaires du dernier numéro seront disponibles à la vente !]

 

 

 

20H00 : LAISSEZ BRONZER LES CADAVRES de Hélène Cattet et Bruno Forzani – France/Belgique – 2017 – 90 minutes- copie numérique (dcp).

Avec : Elina Löwensohn, Marc Barbé, Bernie Bonvoisin, Stéphane Ferrara, Pierre Nisse, Michelangelo Marchese, Marilyn Jess...

 

Au bord de la Méditerranée, dans un hameau abandonné qui, des années auparavant, était le théâtre d’orgies et de happenings sauvages, un écrivain alcoolique, un avocat bien trop nerveux et la très déjantée propriétaire des lieux attendent et se languissent sous le soleil, exactement. Et ils ont des invités : Rhino et sa bande, des malfrats en attente. Ils préparent un casse brutal.

Le braquage se passe de manière violente et efficace, mais de retour dans le hameau pour planquer en attendant que les choses se tassent, les événements dégénèrent quand des invités inattendus débarquent et transforment le lieu en champs de bataille où vont régner le métal, la poudre, le stupre, le cuir, l’or et le sang. Beaucoup de sang. Bienvenue en enfer !

 

 

On ne s’était pas trompé à Matierefocale.com et à BON CHIC MAUVAIS GENRE, il y a  presque 10 ans, en découvrant leurs premiers courts-métrages : Hélène Cattet et Bruno Forzani étaient deux jeunes réalisateurs français à surveiller avec une attention extrême !

Grands connaisseurs du cinéma de genre européen, notamment italien, amoureux fous du giallo (célébrissimes films mêlant fantastique, érotisme et thriller, notamment popularisé par Dario Argento), c’est dans cet esprit qu’ils ont mis en scène leur deux premiers long-métrages, mais pas dans une perspective « taxidermiste », pas en refaisant des décennies plus tard ces films qui ont nourri leur amour du cinéma. C’est tout le contraire : ils se sont appropriés ces longs-métrages, les ont déconstruit, se les sont réappropriés et ont tout réinventer. Les films de Cattet et Forznni ne ressemblent qu’à eux et ne se perdent pas dans un hommage qui serait stérile. Au contraire, cette soif et cet amour insensé pour le cinéma de genre les poussent à faire reculer toutes les frontières et détruire tous les repères  pour forger un cinéma à la fois SU-BLIME, avant-gardiste et populaire !

 

LAISSEZ BRONZER LES CADAVRES est leur troisième film et leur première adaptation (d’après le livre co -écrit par Manchette). On retrouve toute la richesse de leur mise en scène, très léchée, s’appuyant sur une photo splendide, hétérogène et puissante qui ose tout, sans cesse en recherche, et un montage qui lui aussi se construit de violents contrastes, entre suspens  languissant et frénésie de l’action. C’est un festival de sensations, une expérience orgiaque de cinéma où les deux réalisateurs utilisent à fond TOUS les leviers de la mise en scène : champs/contrechamps très souvent malicieux, cadrages et échelle de plans qui jouent la rupture, et une bande son ultra-soignée (musique mais aussi bruitage) qui rend le film encore plus sensuel.

On retrouve aussi une gourmandise dans l’utilisation des couleurs et des matières (la photo, encore une fois, est sublimissime), un érotisme trouble, parfois mystique et une générosité esthétique complétement folle. Par contre, au rayon des nouveautés, notons que LAISSEZ BRONZER… est étonnement plus narratif que les deux films précédents, sans perdre, -ô délicieux paradoxe- tout le mystère et toute l’étrangeté du couple de réalisateurs.

Le ton est encore plus enlevé que leurs dans leur précédent film. La narration est malicieuse, et joue sans cesse avec le temps et l’espace, exploités ici de manière impressionniste, favorisant les décalages, la multiplication des points de vue et la distorsion du temps, rappelant parfois les films de Peckinpah tout autant que le cinéma italien. L’expérience sur grand écran est impressionnante, et un tel dispositif favorise un sentiment de trouble, mais aussi de générosité et de gourmandise.

Notons un casting inattendu et très soigné : Elina Löwenshon (que les fans de Hal Hartley retrouveront avec plaisir) décidément très à l’aise en maitresse de cérémonie déjantée -rôle qu’elle a tenu aussi récemment chez Mandico-, Bernie Bonvoisin (leader du groupe TRUST) impeccable mais aussi un Stéphane Ferrara très solide et qu’on ne s’attendait pas à retrouver là ! Ils servent tous magnifiquement ce thriller chauffé à blanc, hardboiled et rentre-dedans.

 

Le cinéma de Cattet et Forzani n’a pas d’équivalent. Il évolue et mute une nouvelle fois. Et c’est cette prise de risque qui fait toute la beauté de leurs films. Ce serait vraiment cruel de ne pas s’offrir le visionnage de ce LAISSEZ BRONZER LES CADAVRES sur grand écran… Venez les rencontrer lors de cette avant-première ! Ils sont aussi passionnants à écouter et à rencontrer que leurs films !

 

Dr Devo.

 

Réservations possibles dés le 9 octobre à la caisse du Cinéma Majestic à Lille. Soirée proposée par le site Matière Focale.com, le magazine Distorsion et les projectionnistes du cinéma Majestic. 

Prochain BON CHIC MAUVAIS GENRE: le 10 novembre avec une soirée "U.K Is Dead !"

Les cartes UGC illimitées fonctionnent pour ce film !

Invitez vos amis via la page-évenement facebook de la soirée: cliquez ici !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article