IZNOGOUD de Patrick Braoudé: c'est une comme une fête ratée qui se mange entre amis!

Publié le par Dr Devo

(Photo: "Avant le passage du Prisonnier" de Dr Devo. tous droits réservés)

 

Chers Camarades,

Enfin un film d'auteur! Patrick Braoudé, ça n'est pas rien. GENIAL, MES PARENTS DIVORCENT, et NEUF MOIS quand même. Excusez du peu. Ici, il signe de manière assez surprenante une nouvelle grosse comédie, certes, mais surtout un film à énorme budget, enfin on peut le supposer. Il a écrit lui-même le scénario. Il joue dedans (le marchand d'esclaves, le second rôle le plus long du film, ou presque). Bref, il s'est investi à donf'. C'est un auteur accompli. Reste à savoir maintenant s'il a fait pire que d'habitude.

Il faut bien avouer qu'en matière (focale!) de comédie populaire, le niveau ne vole pas très haut. Quasiment aucune comédie à gros budget de ces dix derniers années (restons calme) n'est réussie. On parlait il y a peu de l'antipathique ESPACE DETENTE de Le Bolloc'h et Solo, mais la liste est longue. Ceux qui ont vu LA TOUR MONTPARNASSE INFERNALE, L'AME SOEUR de Bigard, LE PLACARD, NARCO, LA VERITE SI JE MENS (encore que là, c'est presque mieux), et autres VISITEURS (de Jean-Marie Poiret avec Christian Clavier, plaie nationale, et non pas le film de Elia Kazan avec James Wood, qu'il serait assez rigolo de regarder une fois en se disant que c'est une comédie!), ceux qui ont vu ces films, dis-je, ont de quoi pleurer en principe. Pour un DINER DE CONS regardable, à la rigueur, combien de série z mal fichues et sur-budgettées? Je vous épargne l'ultime comparaison classique. Vous savez... "Les anglo-saxons ont Benny Hill, Les Monty Python, Peter Sellers et Billy Wilder, et nous on a Louis De Funès, Christian Clavier et Richard Anconina". Ça a beau être vrai, pour le meilleur et pour le pire, j'abandonne cette sentence. La France n'y arrivera jamais. Parce que son humour n'est pas baigné de non-sens, on ne produira sans doute jamais de Monty Python hexagonaux. Dans leur émission du samedi sur Canal +, il y a quelques années, des gens comme Edouard Baer et Ariel Wizman ont tenté des choses très drôles et très originales, mais ça fait longtemps, et depuis, le show-biz les a rattrapés. Quand on voit ce qu'il reste de ces deux personnes cultivées en 2005, on a envie de pleurer. Passons.

Je me plaignais dans de récents articles du piètre niveau des SOEURS FACHEES ou de L'EX-FEMME DE MA VIE. Avec mon article sur ESPACE DETENTE, je me suis aperçu bien sûr qu'il y avait un niveau en dessous de ces deux téléfilms laborieux. Il y a en France une série Z très active. Une série Z ou plutôt ZZ, tant les budgets de ces gros films populaires en font des productions de luxe. Avec ces films ZZ, on descend en dessous du degré zéro, dans un territoire qui n'appartient quasiment plus au cinéma, mais plutôt aux happenings de l'Art conceptuel contemporain. IZNOGOOD fait partie de cette lignée insultante. [Tu le sens le jeu de mots?] Ici ce qui compte, c'est la vente, le marketing, l'habillage-produit. On est plus proche du paquet de nouille que de la réalisation. Est-ce le problème de votre bon Docteur? Non. Qu'importe. Mais, cela ne veut pas dire qu'il faut s'abstenir de porter un regard juste sur ces oeuvres industrielles. Bistouri! Scalpel! Action!

Dès les premières secondes, on sent la qualité plastique de la chose. Les noms des responsables défilent sur l'écran dans une police de caractères arabisante. L'oeil averti du Dr Devo, remarque que ces lettres ne sont pas nettes. Effectivement, c'est un peu flou. Faut-il blâmer le projectionniste? Non, bien sûr. Le reste sera à l'avenant. Le tirage de la copie (combien d'ailleurs? 800? 900?) est dégueulasse. L’étalonnage des couleurs n’arrête pas de varier, beaucoup de plans sont granuleux, comme sous-exposés ou à moitié flous. Ça commence bien. Où était le réalisateur lors du tirage de ces immondes copies? Passons.

IZNOGGOD, n'est pas vraiment une comédie. C'est une comédie musicale. Et ça, ce n'était pas dans la bande-annonce, bien sûr. Assis au milieu d'un rang, je comprends dès le générique que j'ai été piégé. Trop tard. Ces scènes musicales, massacrées comme il se doit par les performances vocales des interprètes, Mickael Youn en tête, s'inspirent dans la mise en scène des comédies musicales indiennes. Sauf que... Dites-moi les gars, avant de vous dire "ça serait cool de faire comme dans une comédie musicale indienne", avez-vous seulement regardé la  bande-annonce de DEVDAS? Braoudé a privilégié la sobriété : huit danseuses se battent en duel, et bien sûr, comme dans le reste du film, aucun plan d'ensemble ou de plans larges. Rien que du gros plan ou du plan rapproché. Et ne faire de la comédie musicale indienne qu'avec des gros plans, bien sûr, c'est très dur, et évidement Braoudé se plante. Deuxièmement, attardons nous sur la direction artistique. Le plan s'ouvre sur un hideux effet spécial, du genre "Bagdad La Nuit en Haut du Minaret". Effets aux Normes Françaises. On est habitué. Le reste des décors, sent le studio et la Deluxe Valentine, même pas satinée. Un moment, je me dis, à la faveur d'un contre-champ: "tiens, le calife a fait peindre une vue de la ville dans sa chambre-salle de réception (parce que tout le palais est fait dans un seul décor, comme du temps des Brigades du Tigre, ou des vieux Maigret). Et bien non les amis, la peinture de la ville derrière Jacques Villeret, c'est pas une peinture, c'est VRAIMENT la ville! Même pas en synthèse, non. C'est une peinture! Et le studio fait bien 90 mètres carrés. La production n'a pas lésiné. Costumes, maquillages et accessoires sont à l'avenant : incroyablement cheap, sans goût et sûrement acheté dans un magasin "Tout à 1 Euros" de Seine Saint-Denis. C'est hideux, ça agresse les yeux, ça donne mal à la tête. Ignoble. Plus laid que les VISITEURS. Bien plus. Chapeau l'Artiste! Il fallait le faire. Pour le reste de la partie technique, c'est faux raccords, caméra qui tremble, photo ratée, pas de cadrage bien sûr, et pas de montage, donc aucun rythme. Passons.

Et sur le fond? Mmmmm... Ben, ma foi, ça se mange ces Youglis, comme disaient les Poètes. Ça se mange ces yaourts à la viande! On ne rit quasiment jamais, bien sûr. Le pire c'est que Braoudé n'a rien fait d'autres que de piller tout ce qui se trouvait, comme la misère qui s'abat sur le pauvre monde. Voici les influences : LA MENACE FANTÔME (ou L'ATTAQUE DES CLOWNS, je sais plus), LE SEIGNEUR DES ANNEAUX (si, si, je vous jure!), TAXI, LE DINER DE CONS, CRIS ET CHUCHOTEMENTS (non! Je déconne!!!!), la comédie musicale indienne donc, comme on l'a déjà vu, etc... Ça n'arrête pas. Mais l'emprunt le plus constant (80 % du film, je pense) et le plus visible c'est... ASTERIX ET CLEOPATRE de Alain Chabat! Et ça c'est quand même gonflé de piller un des films les plus populaires de ces dernières années! Tout le monde l'a vu! HEY BRAOUDE!!!! TOUT LE MONDE T'A VU! Ça ne va pas la tête! Le principal ressort comique ce sont... Tenez-vous bien... Tenez-vous mieux! Ce sont les noms des personnages arabisés et avec jeux de mots. Comme dans le film de Chabat! Là où il y a de la gêne... Alors, ça y va : Dilath Lharrat, Prethy-Ouhman (et là bien sûr, on passe la chanson en entier), Plaz Hassiz, etc... C'est drôle, hein? Arrête, arrête... j'en peux plus de rire! Y'a pas d'arrêtes dans le Bifteck!! Les cahiers au feu! La maîtresse au milieu. Comme tu peux t'en douter, cher lecteur, je me marre trop bien. Chabat devrait faire un procès, c'est simple.

Bref, on ne va pas s'attarder non plus. C'est un film dégueulasse à tous les points de vue, et d'un arrivisme hideux. Les acteurs sont horribles. Villeret, récemment canonisé faute de combattants, rappelle ici qu'il a joué dans beaucoup de  films nuls. Il bat le record ici. Son personnage de calife puceau et trisomique est ignoble. On le voit très peu heureusement. Youn est lamentable, très mal à l'aise. Kad et Olivier sont grimés de façon ridicule et font flamber le crédit qu'on pouvait leur porter. D’ailleurs regardez bien, pendant la projection. Comme ils jouent le rôle de deux génies, ils sont barbouillés en vert et en bleu, comme dans un épisode du VILLAGE DANS LES NUAGES. Et bien regardez bien, au niveau de leur cou... On voit, dès qu'ils bougent, que leur cou n'est même pas maquillé en bleu et en vert! C'est à dire qu'on voit leur peau sous le costume! Ça vous donne une idée du soin apporté au film!!! Allez, dans ma grande bonté, je passe sur les noms des collaborateurs... [Il y a quand même Baffie et Ariel Wizman!] Tout le monde il est mauvais, tout le monde il est laid.

En fait, en inventant rien, en pillant ses collègues, en détruisant le cinéma, en se foutant de la direction artistique, Patrick Braoudé réussit le challenge de réaliser son pire film (Bravo, tu as gagné!) et surtout a oublié une chose. Il aurait mieux fait d'aller chercher son inspiration ailleurs. Car, en effet, ce que cherche, inconsciemment peut-être, à faire Braoudé, existe déjà. Et si vous voulez faire l'expérience de ce film s'il avait été réussi, revoyez la pub très réussie de Richard Gotainer (concepteur de la pub et chanteur) sur le Couscous Saupiquet. Bien, foutu, bien filmé, original et drôle en trente secondes. Voilà ce qu'aurait du être Iznogood. Voilà ce qu'essaie de piller Braoudé sans y arriver. Et on est loin d'être dans une ambiance de "fête qui se mange entre amis". Car, évidemment, le plus triste dans l'affaire, c'est qu'énormément de gens vont aller mettre 7 ou 8 euros là-dedans. A ce prix-là ou à un autre, c'est du vol. Comme dirait Michel Bouquet, rendez-nous l'argent Monsieur Braoudé!

 

Effondrement Vôtre,

 

Dr Devo.

Publié dans Corpus Filmi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

C.TA.C 18/02/2005 01:14

désolé pour la frappe Dr Devo , pour toi et pour les autres blogueurs....T'as raison ...en plein dans le mille!
Je connais un Film "rabi Jacb " pour pas le nomé qui est a l'affiche dans le même ciné depuis 1973 ! Nos amis Belges n'ont rien a nous envier sur les goûts plutôt lourdingues ! sans offence j'y ai vu des fims en exclu et pas sencurés comme en France ! et toujours en VO ...enfin quand c'est un fim Français faut se taper les sous titres néerlandais quoi !ZDRRRRRRRRRrrrrrrIZNOGOUD EN néerlandais ça doit etre tropppppp !Lol Juste retour en fait !

Dr Devo 17/02/2005 08:04

C.T.A.C, je suis bien d'accord avec toi. Mais relis, si tu ne l'avais pas fait, mon article "Si j'étaias president de la republique". Je ne suis pas sur que les gens aiment ces films. Le rpobleme c'est le nombre de copies ahurrissant!! Un film comme IZNOGOOD ne peut pas se planter, c'est mathematique! De plus, je crois que les gens quand on leur annonce les chiffres des entrées n'osent pas dire que c'est nul... Ca arrive de temps en temps mais c'est rare. Tres ineterssant en tout cas. merci. Dr Devo.

C.TA.C 16/02/2005 23:02

...j'avoue moi même avoir du mal avec l'"humour" français dans les flim qui sz dient en faire partie, les comédie humoristiques Française sont pour moi deplorables......ça donne envie de pleurer d'avoir perdu du temps !
Pourtant il en existe de bien mais si peu ! la Asterix et Cléopâtre moi je l'avais trouvé pas mal Chabat avait fais un sacré boulot !......mais en général je déteste les com française en fillm c'est loud et ça ne tire pas un sourire ! Ce qui est le pire dans tout ça c'est que un nombre incalculable de ^personnes aiment ce genre et déja ce jour il a fait plus d'entrées que pas mal d'autres film qui ne sont pas forcement français d'ailleurs, le spectateur Français a mon avis est res chauvin ! L'article ne méritait pas tant de mots !;') A+

Balibaloo destroy me, I wanna be dirty 16/02/2005 07:35

Hé hé... Le problème avec ce genre de films, c'est qu'on pourrait penser qu'ils sont tellement nuls qu'ils se descendront bien tous seuls. Eh ben non, ils cartonnent toujours autant. Ca vous redonne pas foi en la France, un miracle pareil? Non? Vive l'exception culturelle!
Eh, Doc, tes critiques sont bien foutues, mais y a plein de fautes de style que tu pourrais éviter si tu te relisais un peu. Juste un conseil en passant. Qui bene amat...

Dr Devo 15/02/2005 19:57

Ess,
j'ai horreur de s"Inrocks", et j'ai vraiment beaucoupde mal avec les grosses comédies françaises...
Bien à vous,
Dr Devo