KUNG POW de Steve Oedekerk (USA / HK - 2002) : le coup de poing dans le culte

Publié le par Dr Devo

(photo: "Petite Mort" par Dr Devo)

Chers Amis,
 
Aujourd'hui, on va parler d'un cas! Un type hors du commun et qui brouille beaucoup de pistes. Nous allons parler en effet du film KUNG POW de Steve Oedekerk, film inconnu en France, réalisé par un mec dont le nom ne dit rien à personne. Et pourtant, le DVD de KUNG POW : ENTER THE FIST (fallait oser quand même...), sort en ce moment, pour un prix en magasin absolument imbattable, genre 10 euros neuf!
 
Grâce à Matière Focale, tu peux faire plein d'économies. Hier, avec MAC ET MOI, on avait un film inoubliable pour 1,90€ le DVD d'occasion. Et aujourd'hui KUNG POW, le film qui pourrait très bien être un des plus drôles films que vous ayez jamais vus. Et permettez-moi d'insister, car je place en matière de comique au cinéma la barre assez haute.  Et il va bien falloir retenir le nom de son réalisateur.
 
Steve Oedekerk a une face obscure. Scénariste, réalisateur, comédien, on lui doit un bon paquet de films assez mauvais, et la liste, film après film, devient énorme. C'est quand même lui qui écrit : LA FAMILLE FOLDINGUE (1 et 2, tant qu'à faire!), ACE VENTURA EN AFRIQUE, Dr PATCH (le film le plus ignoble jamais tourné sans doute, avec Robin Williams en plus! Quelle horreur! Odekerke est scénariste et producteur sur ce film, donc il n'a aucune excuse!). Et j'oubliais BRUCE TOUT-PUISSANT.
La liste est longue, et notre gars a beaucoup de choses à se reprocher. Rien que pour Dr PATCH, il mériterait d'être exécuté en public au Madison Square Garden.
 
Mais, il y a KUNG POW. Vous savez que j'ai la dent très dure envers les réalisateurs, mais Steve Oedekerk, je lui pardonne, et j'essaierai de lui obtenir une place au paradis. Avec ce film, il l'a bien mérité. Comme disait Terry Gilliam (allez hop, un petit coup de jeanclaudebrialisme, ça faisait longtemps), j'ai ri en voyant KUNG POW jusqu'à ce que je m'arrête. Et ce n'est pas peu dire.  Ça m'arrive d'aimer gentiment les films des frangins Zucker et de Abraham. C'est assez inégal, des fois c'est même nul, mais ça passe le temps de manière amusante. Pour moi, ça n'arrive pas à la cheville d'une émission des Monty Python, mais ils ont, les ZAZ, leurs très bons moments. Je crois que le film que je préfère chez eux est peut-être TOP SECRET. Les deux films qui ressemblent un peu à KUNG POW sont LES CADAVRES NE PORTENT PAS DE COSTARDS de Carl Reiner et WHAT'S UP TIGER LILY ? de Woody Allen, film malheureusement assez raté. [Et puisqu'on parle de parodie et de cinéma comique, que tous ceux qui n'ont pas vu GUERRE ET AMOUR de Woody Allen se précipitent. C'est un bonheur.]
 
KUNG POW est un film assez difficile à décrire. Steven Oedekerk a racheté les droits d'un vieux film chinois de Kung-Fu, un film de série donc, dans la tradition des films de la Shaw Bros, auxquels rendait déjà hommage récemment Quentin Tarantino dans KILL BILL. Des films d'art martiaux aux décors souvent somptueux, en cinémascope, avec beaucoup d'acteurs et encore plus de combats lyriques jusqu'à la limite du fantastique. Et surtout, c'est un genre très codé, aussi bien du niveau technique qu'au niveau de la narration. En général, ce sont des films plutôt bien foutus, très agréables à regarder, et dont le côté lyrique peut séduire les gens  qui n'aiment pas du tout les films d'arts martiaux. On est heureusement avec ce type de films très loin des médiocres films de Bruce Lee ou des Kickboxingueries contemporaines.
Steve Oedekerk a donc acheté les droits d'exploitation d'un de ces films. Il faut dire que la Chine et Hong-Kong ont produit énormément de films de ce genre, très populaires. Oedekerk procède alors de la sorte. Il regarde le vieux film chinois, et ré-écrit complètement l'histoire, de manière à pouvoir: 1) remplacer le héros du film original par lui-même! Et 2) détourner le film original de son cours normal pour faire une parodie qui ne soit pas juste moqueuse mais aussi un hommage.
 
Et le résultat de ce projet très simple sur le papier est époustouflant. Oedekerk remplace donc le héros du film chinois et lui fait dire ou faire les pires horreurs. Les combats sont entièrement remontés pour les rendre plus irréalistes et très drôles, sans jamais trahir complètement les codes du genre. Et là où on s'amuse beaucoup, c'est dans la gestion des personnages et du récit. C'est EX-TRA-OR-DI-NAI-RE! Les gags pleuvent sans s'arrêter, et à la différence des films des ZAZ (Y-A-T-IL UN FLIC POUR SAUVER LA REINE? par exemple), on ne se retrouve pas dans une parodie où chaque gag interrompt le cours du film et le fait dérailler. D'une certaine manière Oedekerk  fait le contraire. Il se casse la tête et le reste pour que le film soit le plus homogène possible, et d'une certaine façon, qu’il soit le plus fidèle au genre d'origine. Il tâche aussi de faire en sorte que le film soit drôle en interne, si j'ose dire, c'est-à-dire pour lui-même, et qu'il ne soit pas seulement un long-métrage où on ne fait que détourner les références (ce que KUNG POW fait aussi, mais pas seulement). Au final, ce film peut plaire, je pense, même à des personnes qui ne sont pas fans du genre, car le film est drôle en lui-même.
 
Le film se passe en Chine il y a plusieurs siècles et raconte l'histoire de Chosen One (L'élu). Alors qu'il n'est qu'un bébé, sa famille est assassinée par Master Pain, cruel chef de bande, à la tête d'une sorte de secte qui sème la terreur dans la région. Si Master Pain s'en prend à sa famille, c'est qu'il veut tuer Chosen One encore bébé. Celui-ci en effet a une marque de naissance (poncif des films chinois qui ici est détourné de manière hilarante et débile, je vous laisse découvrir ça par vous-même!) qui ne laisse aucun doute. C'est lui l'Elu qui, des années plus tard, détruira la secte selon la prophétie. Malheureusement pour le démoniaque Master Pain, son plan ne se déroule pas comme prévu. Le bébé âgé de quatre ou cinq mois maîtrise parfaitement les arts martiaux et se débarrasse facilement de ses agresseurs (grâce à des pirouettes numériques). Chosen One est sauvé, au moins temporairement. Devenu adulte, il s'aperçoit vite qu'il est victime d'attaques incessantes de la part des membres de la Secte qui n'auront de cesse, au fil des années, de l'éliminer. Maintenant qu'il a atteint l'âge mûr, il se met en quête d'un temple où enseigne un Vieux Maître en art martiaux qui pourra lui léguer sa technique et lui dévoiler son destin d'élu! Mais Master Pain rôde toujours, et l'affrontement tant attendu entre les deux hommes semble inévitable.
 
Voilà. Une trame classique de récit initiatique, façon arts martiaux chinois. Rien à redire. Je ne vais pas essayer ici de vous décrire les innombrables gags, tous plus drôles les uns que les autres. Ils sont trop nombreux et trop visuels. Mais une fois le film fini, une fois que  les larmes de rire sont séchées, une évidence saute aux yeux : quel travail de titan !
 
Les gags sont extrêmement drôles, la narration est diablement maîtrisée, ce qui n’est presque jamais le cas dans les films parodiques américains. Bref, et d'une, du point de vue de la narration, c'est déjà assez étonnant. Oedekerk pousse le bouchon jusqu'à remplacer les sons originaux du film par une post-synchronisation de son cru. Il commence déjà par doubler tous les dialogues lui-même. C'est très drôle. Il va même, pendant tout le film (ce mec est fou!), jusqu'à reproduire les défauts de synchronisation entre les lèvres des comédiens et le texte doublé (il fait même de ce défaut un principe avec le personnage savoureux de Ping, une de deux seules femmes de l'histoire). Il rajoute aussi nombre de bruitages absurdes, dont ce personnage secondaire dont on entend les baskets couiner dès qu'il se déplace, running gag assez drôle une fois, mais qui devient carrément génial quand il est répété sur toute la longueur du film.
Le deuxième grand principe du film consiste à incruster sur la pellicule originale des images de Oedekerk lui-même. Il remplace un des personnages du film chinois original. À part lui et Jennifer Tung, elle aussi personnage ajouté au film original (et cette actrice est vraiment incroyable), tous les personnages sont ceux du film de départ. Et c'est sur ce principe que le film devient génial. L'incrustation permet bien sûr de créer des combats sans queue ni tête, très drôles, ce que tout le monde aurait fait en travaillant sur un tel principe. Là où Oedekerk enfonce tout le monde, c'est qu'il utilise son principe dans toutes les scènes, et pas seulement celles de combat, même dans les scènes où n'intervient que le jeu d'acteur. Et là le film devient extraordinaire et d'une homogénéité à couper le souffle. KUNG POW a dû représenter un travail colossal. Mais le résultat est à la hauteur. Le film original a été entièrement restauré avec respect, et au bout de cinq minutes, on ne cherche même plus à distinguer ce qu’a rajouté Oedekerk au film original. Abandonnez tout ce que vous croyez savoir des effets spéciaux. MATRIX, STAR WARS (il y a une toute petite attaque de George Lucas dans le film, qui dénonce génialement l'immense connerie (artistique) du célèbre réalisateur), TERMINATOR, et tous les films à effets spéciaux sont minables à côté de ce film. Les interactions de Oedekerk avec les acteurs chinois sont HALLUCINANTES. Comme c'est un film d'action, les personnages n'arrêtent pas de se toucher et sont en constante interaction. Et c'est là que Oedekerk montre qu’il n'est pas le dernier des manchots. Il utilise des effets spéciaux soufflants pour s'incruster dans l'image, mais mieux que ça, démontre qu'il connaît sa grammaire cinématographique sur le bout des doigts. Il utilise le montage, son et image, avec une dextérité complètement dingue que les effets spéciaux servent pleinement et  non pas le contraire. Direction artistique, étalonnage, échelle de plans, réutilisation plusieurs fois de mêmes images (souvent à pleurer de rire), travail sur le son incessant, utilisation sublime de la musique, etc... Ça n'arrête pas, on est plié de rire, et on est éblouit par la grâce et la magie, bizarrement, de ce film qui est fait avec une passion évidente et un respect total des films chinois, et dont les effets spéciaux, omniprésents, sont quasiment invisibles. Chapeau.
 
Ajoutons enfin que le plus délicieux comme je viens de le dire, c'est l'utilisation  gourmande et pleine d'intelligence du montage dont Oedekerk a compris que c'était la base de tout cinéma (ce que beaucoup de réalisateurs nient encore). Le Marquis et moi-même avons même revu certains plans pour pouvoir comprendre où Oedekerk faisait ses coupes, qui sont quelquefois d'une subtilité ahurissante. On oublie complètement qu'on regarde un film à effets spéciaux (au cinéma, les meilleurs effets spéciaux sont ceux qu'on ne voit pas), et on plonge dans la magie de ce film complètement fou, dont on ne pourrait dire à aucun moment, où il va nous mener. Il est rare dans un film, et qui plus est un film parodique, qu'on ait cette impression que le réalisateur peut nous amener n'importe où en un clin d’œil. Pour finir, ajoutons que la cerise sur le gâteau est le travail sur l'humour lui-même. Oedekerk ne joue pas seulement sur la parodie type ZAZ ou SCARY MOVIE (qui, après ce film, redevient le film laid, vulgaire et opportuniste qu'il est vraiment. Adieu les gars!). Il maîtrise complètement sa narration et tire sa grande force d'un sens de l'humour nourrie à différentes sources : ZAZ donc bien sûr, John Landis et son HAMBURGER FILM SANDWICH (auquel KUNG POW rend un discret mais superbe hommage), les frères Farrelly (ne loupez pas la dernière des scènes coupées en bonus, qui est un chef-d’œuvre de grossièreté sublime), et surtout les Monty Python largement célébrés ici. Et derrière le luxe de ce film, il faut quand même souligner le grand travail d'acteur de Oedekerk lui-même qui joue un rôle loufoque, mais a l'intelligence finale et suprême de ne pas manger son film, et de rester suffisamment en retrait du projet global pour que son film reste beau et homogène. Loin de dévorer le film tout cru, ce que n'aurait pas manqué de faire malgré son talent Jim Carrey par exemple, il a su équilibrer son film de façon magistrale et honnête, en se soumettant complètement à son idée de départ. On est donc très près du chef d’œuvre. Le Marquis et moi-même regrettons seulement la séquence du combat avec la vache, seule fausse note esthétique et narrative de tout le film. À part ses 3 minutes  hors sujet, c'est parfait. Il ne nous reste plus qu'à nous réjouir du fait que, malgré l'insuccès complet du film (il sort d'ailleurs en France directement en vidéo), Oedekerk ait réussi contre vents et marées à mettre en chantier pour l'année prochaine Kung Pow 2.
Il est impératif de découvrir ce bel ovni qu'est KUNG POW, dont je ne saurais trop vous recommander de l'acheter, de ne pas vous laisser dégoûter par l'horrible jaquette, d'autant plus que le film est vendu à un prix imbattable. Un investissement plus que judicieux pour ce film qui, pour ceux d'entre-vous qui le verront, deviendra à coups sûr un de vos films cultes.
 
Incroyablement Vôtre,
Dr Devo
 
Retrouvez d'autres articles sur d'autres films, en accédant à l'Index des Films Abordés: cliquez ici!

Publié dans Corpus Analogia

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ondine 02/01/2008 15:19

On attend avec impatience la suite annoncée.

dorth vodor 03/10/2006 00:38

C'est sur que Kung Pow, c'est vraiment du n'importe quoi et c'est vraiment excellent! Sinon, quant à la critique, je serai un peu embêtant, mais je ne placerai jamais Ace Ventura en Afrique dans la catégorie des films à se faire pardonner!
Ace ventura en Afrique est à mon goût excellent, complètement décallé, et le fait que ce soit le même qui ait fait kung pow, est à mes yeux un gage de débilité bien maîtrisée!

proctoman 26/08/2005 14:43

Bon, je viens de lire la critiquede KP...
J'aimerais bien revoir ce film prodigieusement drôle parce que, à force de bidonnage incontrôlé, j'ai dû en rater la moitié (au moins).
Mais quel grand grand film!!!

Sylvain 06/03/2005 18:16

Salut :)

Si tu es comme nous fan de ciné, viens nous rejoindre sur le forum à cette adresse :

http://42217.aceboard.net/

On sera ravi de parler salles obscures, coups de coeur, actu ciné avec toi. Le forum cherche de nouveaux membres pour se dynamiser et serai ravi de te compter parmi ses nouveaux membres

N'hésite pas à aller le visiter ça ne coûte rien et si ça te plaît, inscrits-toi et vient discuter de ta passion avec nous :)

En espérant te retrouver bientôt sur le forum

Sylvain/Interpol