JEAN RENOIR ET L'ANTISEMITISME: quelques précisions et références

Publié le par Dr Devo

(photo: "Du Beau et Rien d'Autre (lettre à Loou, réponse No1)" par Dr Devo

Chers Lecteurs,
Il y a quelques jours, je vous proposais de voter pour élire NOS PLUS GRANDS FRANCAIS DE TOUS LES TEMPS, et je proposais dans cette liste iconoclaste, et je l'espère drôle, une série de héros et d'anti-héros français qui par leur mauvaise ou bonne influence ont marqué notre beau pays.
Dans cette liste, on trouvait le nom du réalisateur Jean Renoir. Je rappelais le fait que celui-ci avait été un antisémite notoire. Le fait est peu connu et quelques uns parmi vous ont été, à juste titre, choqués.
Il est tout à fait normal qu'on m'ait demandé alors de préciser mes sources. Non sans mal, je les ai retrouvées, et je crois qu'il était assez important de consacrer un article à la chose.
 
C'est Henri Jeanson qui rappelle l'anecdote dans le journal L'AURORE, le 5 Novembre 1968. La scène se passe en 1940, à Lisbonne. Renoir attend le bateau qui le mènera aux USA, pays que le cinéaste a choisi pour son exil. Voici un extrait de l'interview, rapporté par Jeanson.
 
LE JOURNALISTE : "Alors, M. Renoir, vous quittez l'Europe? Vous quittez la France?"
JEAN RENOIR: "Hélas oui... Et ce n'est pas sans regrets. Mais je suis un homme d'humeur, et souvent irréfléchi, et j'ai commis quelques imprudences. Je me suis stupidement compromis avec le Parti Communiste et les gens de gauche. Mais le temps travaille pour moi. Je reviendrai en France. Hitler est un homme à ma main, je suis sûr que nous nous entendrons très bien tous les deux, car nous sommes confrères. J'ai été victime des Juifs qui nous empêchaient de travailler et qui nous exploitaient. Quand je reviendrai, je serai dans une France désenjuivée, où l'homme aura retrouvé sa noblesse et sa raison de vivre."
 
Voilà, c'était en 1940. Allez jeter un œil par exemple sur l'article Jean Renoir de l'encyclopédie Wikipédia, par exemple, ou tapez "JEAN RENOIR + ANTISEMITISME" sur un moteur de recherche, et vous verrez qu'il n'est pas inutile de rappeler cette anecdote que tout le monde ignore, ou presque. En farfouillant vous-même sur le net, vous verrez le décalage qui, malheureusement, existe entre l'image actuelle de Jean Renoir et les propos de l'époque. L'Histoire peut se réécrire, et c'est bien triste...
Mon collègue Zohiloloff, qui mène d'une main d'expert KÜHE IN HALBTRAUER, superbe blog sur le cinéma, me fait parvenir un extrait d'un autre de ses blogs où sont consignés les chroniques de Louis Skorecki, critique iconoclaste au journal LIBERATION. Vous y trouverez ce très bel article sur Renoir.
On reparlera sans doute, un de ces quatre matins, de Jean Renoir sur ce site, et cette fois, on parlera de cinéma. Mais n'ayons pas une mémoire trop courte.
 
Cordialement,
 
Dr Devo
 
Retrouvez d'autres articles sur d'autres films, en accédant à l'Index des Films Abordés: cliquez ici!

Publié dans Mon Général

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bazaref 06/06/2017 13:45

Plus que donner à lire le "très bel article de Skorecki" (bête billet d'humeur reprenant sans sourcer les deux phrases rapportées par Jeanson que vous citiez déjà, so what the point?), on peut se pencher sur la controverse entre Renoir et Céline à propos de "La grande illusion" : https://1895.revues.org/4317

Plus éclairant, "mais n'ayons pas une mémoire trop courte."

Knarfemolas 16/03/2015 16:50

Cet article repose sur une citation apocryphe liée à un contentieux entre Jeanson et Renoir suite à la Marseillaise. Effectivement, Renoir a écrit des lettres ambigues au moment de la débâcle mais c'était pour assurer une possibilité de travail. Auguste Renoir, le père, faisait partie d'une ligue anti-dreyfusarde mais non anti-sémite (et oui, cela a existé). Donc, le cas Renoir est un poil plus complexe même si on peut lui reprocher d'avoir tenté d'héroiser son départ en 1940 comme le fit Fritz Lang. Se reporter à la biographe de Pascal Merigeau qui analyse très précisément cette période.

tony 11/01/2013 01:28


je viens de lire tous les commentaires et il est 1h30 du mat. j"ai une seule chose a dire : mort aux cons

L'ingénu 03/01/2013 06:42


Bonjour,


 


Bien après que le débat a eu lieu, et suite à ma lecture des différentes réactions, je vous invite à podcaster la rediffusion de l'émission "l'humeur vagabonde" sur FRANCE INTER que j'ai écouté
le 3 janvier 2012 à 4H00 du matin. Elle nous renseigne sur le coté obscur de Jean RENOIR.


Du coup et à mes yeux, cet homme reste un grand réalisateur, mais rien d'autre.


Dans l'émission, il est expliqué que les RENOIR eurent un positionnement anti DREFUS, à l'époque de la célèbre affaire et que Jean a été élevé dans ce contexte.


Avant la guerre de 39/45, Jean RENOIR a eu un positionnement anti sémite, notamment au travers d'une correspondance intéressée avec le gouvernement de la Collaboration... c'était en
amont de la Shoa, mais force est d'admettre que ce n'est pas top ! Son départ aux USA contrairement à ce qui est trop souvent dit n'est en aucun cas un acte de bravoure anti hitlérienne, et anti
collaborationniste, les points relevés lors de l'émission, dans l'étude de ses correspondances est sur ce point sans appel...


Bref, l'artiste RENOIR peut être considéré comme un artiste génial... le bonhomme quant à lui, était conforme à ce qu'étaient des millions de Français, de son temps...


Derrière l'icone en somme, se cachait un homme bien ordinaire.

Le Marquis 20/06/2007 22:05

Il a déjà été répondu à toutes ces questions, lire ci-dessus.