QUANTUM OF SOLACE de Mark Foster (USA-UK, 2008): Code Salace...

Publié le par L'Ultime Saut Quantique

[Photo: "Cantique of Solesmes" par Dr Devo]





Sache, Ultime Saut Quantique, que ton sort est pareil à celui de bons nombre d'entre nous... Ce soir, tu n'es pas in the mood et tu te sens un peu "lost in the supermarket", comme dirait certains...Et donc tu as le choix : Soit tu vas te morfondre comme un gland dans ta piaule, soit tu décides de prendre un peu l'air et de te changer les idées en allant voir un bon divertissement. En effet, rien de tel qu'un bon petit "cinoche" (BZZZ) pour se changer les idées (Youhouh). D'ailleurs ça tombe bien, le nouveau James Bond sort aujourd'hui même... Un film d'action pas prise de tête : it's all what you need !


Mais sans plus attendre voici le pitch...

Mm s'l ltt pr n ps fr d s drnr mssn un ffr prsnnll, Jms Bnd st dcd trqr cx q nt frc Vspr l trhr.
n ntrrgnt Mr Wht, 007 t M pprnnnt q l'rgnstn lqull l pprtnt st bn pls cmplx t dngrs q tt c q'ls vnt mgn...
Bnd crs lrs l rt d l bll t pgnc Cmll, q chrch s vngr ll ss.
ll l cndt sr l pst d Dmnc Grn, n hmm d'ffrs mptybl t n ds plrs d l mstrs rgnstn.

?!? Could you tell us the meaning of this...


Traduction :
Et bien nul besoin de dépenser 10 de vos si précieux euros - je vous rappelle que c'est un peu La Crise en plus - pour aller voir James Bonduelle. Parce que le gros problème de ce film d'action, ce sont précisément les scènes d'action (Fâcheux !) qui, en plus, sont assez nombreuses (Aie aie aie aie aie aie aie - Rappelez vous cette publicité pour ce médicament contre les hémorroïdes - Préparation H - avec le tabouret qui se dandine... )


En fait rien de bien nouveau sous le soleil, Quantum Of Solace suit la tendance des films du nouveau millienium, soit le recours à un montage extrêmement épileptique avec des plans n'excédant pas la fourchette de 20 images (voir moins ) à 2 secondes (Et pendant 5 minutes ou plus, je peux vous dire que ça fait pas que du bien )...

Alors en soi, le montage "épileptique" n'est à priori pas pour me déranger, des cinéastes utilisent ce procédé (et je pense surtout à certaines œuvres "expérimentale"' comme THE LAST OF ENGLAND de Derek Jarman que je vous conseille vivement ou encore le dernier Guy Maddin DES TROUS DANS LA TÊTE...) pour donner une dimension "charnelle" à l'image ou atteindre une forme de cubisme un peu foufou, dans le but de nous offrir une éxpérience sensorielle, euh..., comment vous dire ... exaltante. Malheureusement l'intention des auteurs de James Bonduelle n'allait pas du tout dans ce sens.


Ce qui est clairement recherché ici, c'est donner aux scènes d'action un rythme fulgurant à couper le souffle. Mais ce que ne veulent décidément pas comprendre tout ces petits faiseurs à la manque, c'est qu'il ne suffit pas d'enchainer différents cadrages de plans à une vitesse folle pour obtenir que le rythme soit fulgurant. Tout est bien entendu, question de dosage et de mise en scène...Résultat plutôt que de nous offrir un rythme soutenu, on écope d'une pitence franchement pas coméstible avec maux de tête garantis à la fin de la séance...



Dommage (ou pas, qu'est ce qu'on s'en fout après tout...) car effectivement le côté un peu plus salopard et gueule cassé qu'avant de James Bond pourrait donner des choses sympathique. Dommage aussi pour la scène de l'opéra qui si elle n'avait pas été si pouilleusement faite aurait pu nous offrir une séquence toute DePalmasienne vraiment réjouissante...



Bilan, j'ai même pas envie de m'acheter un écran super plat, tellement HD ni une montre totalement Oméga. Zéro pointé...




L'Ultime Saut Quantique.



Retrouvez d'autres articles sur d'autres films, en accédant à l'Index des Films Abordés : cliquez ici !

Publié dans Corpus Filmi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

martin r 12/11/2008 10:37

Entre nous, Casino Royale était une bouse (oui oui, je persiste, c'ets pas parceque James Bond devient américain que le film aquiert une raison d'être ou une quelconque pertinence) ; ben là je ne dirais pas que c'est pire :- les 15 premiers plans avec le fond sonore en sourdine.- l'abstraction et la respiration d'espace et de temps recherchés dans la séquence de l'opéra.Deux choses plutôt bonnes, qui autraient pu être très bonnes.  Deux moments qui pour une fois ne confondent pas illisible et lacunaire. Malheureusement celà ne suffira pas à faire un film cohérent et qui vaut ses 10 euros.

minary 06/11/2008 20:54

Tellement j'avais été ravi avec le "royale casino"que je me suis précipité tête baissé dans ce quantum salace.De quoi devenir bondophobe!

Bertrand 06/11/2008 16:39

Heureux de vous savoir encore vivant, cher USQ, quand bien même c'est par Matière focale interposé... Vous auriez pu mentionner le balai dans le cul de Daniel Craig. Faites moi signe de retour en nos chères contrées, car je comptais bien, suite à ce nanard bling bling, tourner une séquence d'action afin de montrer que, avec les standards actuels, il n'est nul besoin d'avoir bcp de moyens pr faire une séquence dite "haletante", puisqu'on ne voit plus rien.... Et pourtant le trentenaire bien tassé en couple à côté de moi poussa de très nombreuses exclamations impressionées....Sick sad world...

Riff 06/11/2008 11:50

j'avais cru comprendre que c'était un chef d'oeuvre de placement de produits effectivement !! :D