L'ANTIDOTE de Vincent De Brus (France-2005): la théorie du match retour

Publié le par Dr Devo

photo: "Dr Devo (autoportrait dit du mythe de la caverne)"

Chères Spectatrices, Chers Spectateurs,
Etant très pris par mes obligations aujourd'hui... Ben oui, d'abord mon anniversaire, c'est aujourd'hui, d'une part, et de l'autre, Camilla et Charles n'ont pas voulu reporter leur mariage mais m'ont quand même invité à l'apéritif ce soir, et je n'ai pas encore fait mes bagages...
Donc, vous m'excuserez de ne pas pourvoir faire long, ce qui fera des vacances à tout le monde. Vu donc, hier, L'ANTIDOTE, le nouveau dernier film de Villeret, avec également Christian Clavier. Voici les grandes idées à retenir.
 
1) De manière assez surprenante, contrairement à toutes les comédies françaises vues jusqu'ici, un souci de faire des images pas trop moches. Il y a de la photo, vraiment, et pas juste enregistrement grisouille pourvu qu'on voit les acteurs. A ce sujet, les plans en scope (euh… non, 16/9, en fait) du journal de Béatrice Schoenberg sont très beaux (chez le méchant). Le film, d'ailleurs, est en scope.
2) Le scénario est celui d'un film américain, mais plutôt adapté habilement. Le générique, tout en split-screens mouvants, à la MANNIX mais à l'horizontale (si j'ose), sont assez beaux.
3) Les acteurs ne sont pas complètement là pour faire de la gaudriole. Une bonne comédie, c'est une ambiance sérieuse. Le fait de faire un film de suspense financier est assez prenant.
4) Le film est peut-être réalisé par quelqu'un de droite, mais renvoie un peu tout le monde dos à dos. C'est juste un background alléchant. La deuxième partie du film se franchouillise, et elle est beaucoup plus banale malheureusement. Dans le même mouvement, chez les riches, c'est bien vu et loufoque, chez les ploucs c'est bien plus laborieux. En un mot, on y croit, surtout que le film raconte comment un autodidacte éclairé et strictement malin (Villeret) finit par occuper un poste de bras droit des milieux de la finance, et au final, s'en sort bien.
 
5) Le film n'est jamais raciste ni fasciste, et montre très bien en loucedé que ce sont les noirs qui font le jardin, les portugais le ménage, et les asiatiques la cuisine. La deuxième partie désavoue un peu ce principe, franchouillardisme obligatoire, mais bon, c'est déjà ça, c'est déjà ça, comme disait le poète.
 
6) Les acteurs sont très biens à part Villeret que j'aurais bien remplacé par un Philippe Nahon à contre-emploi. Agnès Soral est bien, et même formidable dans la première partie. J'aime beaucoup quand, après une nuit d'amour inespérée, on la voit le lendemain qui a du mal à marcher (surtout que cela se justifie au scénario, mais personne n'est dupe, on a compris). Le beau-père de Clavier est sensationnel ! Clavier, contre toute attente, joue le rôle de Sarkozy, mais il est vraiment, vraiment très bien, et pourtant Dieu sait que je ne peux pas le supporter, et Dieu sait qu'il sait de quoi il parle, lui qui est pour le mariage du show-bizz, de la politique et de l'économique (choses dont le film parle sans ambages et sans idéologie). Pourtant, Clavier, dont le rôle ici est celui de quelqu'un qui bafouille jusqu'à ne plus se faire confiance, aurait pu faire son show habituel. Mais non, il se livre sans fard, c'est très bien. Les autres sont pas mal. Daniel Russo dans un rôle très court n’est vraiment pas bon, une fois de plus.
 
7) Dommage, ces quarante dernières minutes, sinon cela aurait été très bien. Il reste un bon film du dimanche soir, pas con, sans prétention, avec un tout petit peu de mise en scène, mais très loin de la suffisance de IZNOGOOD ou LES SŒURS FACHEES, chacun au bout respectif de leur spectre. Pas le film du siècle, mais au moins un peu de travail, et surtout l'impression de ne pas se faire voler l'argent dans la poche. En France, c'est quand même un exploit.
 
8) Si un jour on m'avait dit que je supporterais un film avec Christian Clavier... Merdre alors! Par conte, le Villeret est insupportable, mais c'est peut-être parce que j'ai déjà vu MOOCKIE !
 
9) Certaines scènes durent un peu plus qu'elles ne devraient et ça passe très bien.
 
Cordialement Vôtre,
 
Dr Devo.
 
Retrouvez d'autres articles sur d'autres films, en accédant à l'Index des Films Abordés: cliquez ici!

Publié dans Corpus Filmi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Matthieu 09/04/2005 21:25

BON ANNIVERSAIRE !!!
Et si tu n'as pas été invité au pince fesses de Camilla, c'est que ton carton s'est perdu !

Saleté de poste !!!

Fab 09/04/2005 18:47

Happy birthday chuck !