GNAW (FOOD OF THE GODS II), de Damian Lee (Canada-1989) : deux films, sinon un !

Publié le par Le Marquis

(Photo : "Don"t Fence Me In, Kavaliere !" par Dr Devo)

 

 

Mentionnée dans un commentaire récent, la revue Mad Movies rédigeait il y a peu un coup de gueule contre certains éditeurs DVD semi-pirates comme Prism Leisure. Motif invoqué : ces malfrats de l’édition proposent sur le marché et pour des prix ridicules des copies dégueulasses de films de série B/Z, et trafiquent fréquemment le visuel de la jaquette pour nous vendre le film A à la place du film B (exemple récent, vous croyez acheter le film NUKIE ET MIKO, et vous rentrez en fait chez vous avec le film MAC ET MOI – croyez-moi, vous gagnez au change). [Note du Dr Devo: l'impact de MAC ET MOI est tellement fort, et son importance dans l'histoire du cinéma tellement importante que Matière Focale lui consacre une rubrique entière: articles ici et .] Je peux comprendre cette réaction ; on voudrait que tous les films sortent, et dans des éditions en VOST – format respecté – copie restaurée. Mais je ne partage pas du tout leur point de vue. Il y a du bon dans ces éditions. Je m’explique. Combien d’éditeurs de ce style existent réellement ? Difficile de répondre à cette question. Dans la mesure où ils ne possèdent pas les droits de l’essentiel des films de leur catalogue, leurs produits sont régulièrement retirés du marché (écoulé principalement dans les bacs des grandes surfaces en périodes de soldes ou directement dans les dépôts ventes). Ces films réapparaissent alors sous un autre titre, avec une autre affiche, et parfois avec des crédits totalement fantaisistes. Le nom de l’éditeur change lui aussi régulièrement (après Initial Video, Integral Video, Prism Leisure fait en ce moment long feu). Encore mieux et surtout plus drôle, à l’époque de la VHS, les cassettes contenant des films retirés des bacs (invendus ou retirés pour de mesquines questions de droits non payés) étaient réutilisées. Hop ! On réenregistre un film par-dessus l’autre.
C’est ainsi qu’une cassette démarrait par trois noms d’éditeurs différents et par deux cartons annonçant des titres dissemblables ; c’est ainsi qu’en regardant SCANNERS de David Cronenberg, on entendait en arrière-plan la bande-son d’un film de guerre (avec hélicoptères, explosions et fusillades) par-dessus la bande-son du film visionné – effet surréaliste garanti. C’est ainsi qu’en croyant acheter TERREUR SUR LA LIGNE (un classique : « Fuyez !!! L’appel du tueur a été localisé : IL EMANE DE VOTRE PROPRE DOMICILE !!!! »), on faisait en réalité l’acquisition des RAPACES DU IIIe REICH (oui, ça surprend un peu). Après une inquiétante absence due à l’émergence du DVD, les éditions fantômes sont peu à peu réapparues, et semblent aujourd’hui en pleine possession de leur absence de moyens.
Alors pourquoi défendre des copies pourries et des films-mystères ? La raison principale en est que sans ces DVD à deux balles, quel éditeur sérieux nous aurait proposé des films comme MAC ET MOI,
DRAGON BALL – LE FILM 
ou REBORN (un des premiers longs-métrages de Bigas Luna, avec Dennis Hopper) ? Sans eux, les séries Z seraient quasi absentes de mes étagères, or j’ai besoin de séries Z pour vivre. Sans eux, plus de vraies découvertes (au sens du trésor caché, du DVD qu’on va chercher au fond du bac poussiéreux en se salissant les mains). Plus de rires en découvrant le nouveau titre à la con de la dernière édition du HELLBOUND avec Chuck Norris (FLIC OU ENFER !!!). Acheter d’occasion un Hitchcock et un De Palma d’occasion, c’est bien, mais c’est encore meilleur quand pour deux euros de plus on peut passer à la caisse avec MADAME LOUP-GAROU et un David de Coteau de derrière les fagots. A une époque où le téléchargeur de Divx (que je ne suis pas, avec ma connexion 56k au rabais) passe au tribunal, ces petites éditions crapoteuses ont un petit côté anarchique (dans tous les sens du terme) qui est loin de me déplaire.
Oh ! J’allais oublier. Si je vous dis tout ça, c’est parce que je viens de visionner LES BETES FEROCES ATTAQUENT de « Frederico » Prosperi. Bon, en réalité, il s’agit à l’intérieur du film GNAW (FOOD Of THE GODS II) de Damian Lee, mais c’est pas bien grave. FOOD OF THE GODS, c’est quoi, me demande la petite Véronique. Il s’agit (en VF) du film SOUDAIN LES MONSTRES de Bert I. Gordon, réalisé en 1976 d’après une nouvelle de H.G.Wells, un film sur une invasion de rongeurs géants qui avait fait son petit effet à l’époque de sa sortie. (PS : Prism Leisure, j’aimerais beaucoup voir ce film, vous ne pourriez pas nous le sortir un de ces quatre ? Même sous le titre de CITIZEN KANE CONTRE LES LAPINS GEANTS, ça ne me dérange pas.) Pour info, le réalisateur Bert I. Gordon s’est fait un (petit) nom dans le genre en se spécialisant dans les films axés sur le thème du gigantisme, avec des films comme L’EMPIRE DES FOURMIS GEANTES, EARTH vs THE SPIDER, WAR OF THE COLOSSAL BEAST ou BEGINNING OF THE END). Le petit malin se serait inspiré, pour sortir du lot des réalisateurs de séries B, de ses propres initiales – B.I.G. !!!

En 1989, il était prévu que B.I.G. fasse son grand retour à la mise en scène en réalisant la suite de son FOOD OF THE GODS. Des problèmes de santé l’ont amené à jeter l’éponge. C’est l’inconnu Damian Lee qui s’y colle, avec un scénario basique et un budget très réduit. L’histoire : un médicament expérimental a provoqué une mutation chez un petit garçon, qui devient grand garçon sans pour autant être en mesure de s’intéresser aux filles. Et avec ça, il devient de plus en plus agressif. Un chercheur travaille à un antidote en reproduisant l’expérience sur des rats de laboratoire, mais l’intervention musclée d’un groupe d’étudiants anti-vivisection va libérer les monstres sur le campus. GNAW est une sympathique petite série B, pas très bien réalisée dans l’ensemble, mais qui bénéficie de bonnes idées, d’un humour à froid assez décalé et d’excellents effets spéciaux. Pas d’incrustations infographiques, l’essentiel des plans truqués joue sur les effets de perspective forcée perfectionnés par B.I.G. avec des résultats parfois saisissants. Gros comme des veaux, les rats impressionnent souvent et les séquences d’attaques sont correctement menées, notamment l’attaque finale dans une piscine où se déroule un concours de natation synchronisée (synchronisée, elle ne l’est pas longtemps, soyez-en sûrs). Le tout se regarde agréablement, avec quelques scènes qui se détachent vraiment du lot : une brève mais spectaculaire séquence onirique où une femme fait l’amour à un homme haut de près de trois mètres, l’agonie de la rate domestique du chercheur qui rampe vers la femme qu’il aime (jalouse, va !). Quelques scènes troublantes et assez malsaines vont même jusqu’à faire froid dans le dos – le garçonnet géant ne fait pas rire longtemps. Ne vous attendez pas à des créatures écrasant des immeubles ceci dit, la taille des monstres et de l’enfant était juste assez excessive pour vraiment déranger. Très franchement, pour un prix pareil, peu importent les couleurs un peu baveuses et les quelques décrochements de l’image, ça ne vaut pas le coup de s’en priver. Au fait, Prism Leisure, si vous sortez un jour le DVD de SOUDAIN LES MONSTRES II, je compte sur vous pour y trouver une copie des BETES FEROCES ATTAQUENT, hein ? OK ! Je voulais vous dire un mot sur l’extraordinaire MILLENIUM ACTRESS de Satoshi Kon, que je viens de voir (c’est une merveille), mais j’ai été trop bavard, ce sera pour une autre fois.

Le Marquis.

Retrouvez d'autres articles sur d'autres films, en accédant à l'Index des Films Abordés: cliquez ici!

Publié dans Corpus Analogia

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

AUDE WIE 30/04/2005 02:42

'tain je le boufferais bien ce lapin ! j'adore la photo !Marquis j'ai pas trouvé des tas de choses bon j'('en ai trouvé d'autres, mais malgré le foin qu'a fait Arrabal sur la TV, j'ai pas encor trouvé "VIVA la Muerte " Le 7iemme sceaux oui et puis suis en attente de quelques "Portrait de Dorian Gray "par divers acteur dont un avec Helmut Berger " le corrupteur " en français .......z'ont pas dûs avoir les droits pour le nom de D.Gray t'as vu je me suis changé !ZDRrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr!
pour ce jour ça suffit j'ai les boules un max !

Abie 30/04/2005 02:17

Sans flagornerie aucune, merci pour ton commentaire. Ton blog fait partie de ceux que je lis régulièrement, ne serait-ce que parce que je tombe systématiquement dans les lacs de tes campagnes publicitaires sur le forum...

Sauf que maintenant que je l'ai déclaré, il faut bien que j'assume: allez, zou, un lien!

Le Marquis 29/04/2005 14:06

Le transfert des articles par internet pose des problèmes techniques en cours de résolution, gentil shériff.

le shériff 29/04/2005 11:19

Excellent article, mais cela reste illisible, parole de pédagogue.