KOH-LANTA, saison 6, épisode 2 : Le Mystère du Grand On Malade...

Publié le par le Shériff

("Lourde(s) Gym(s)" par Dr Devo d'après une photo originale de Proctoman)



Les candidats sont identifiés au sein de leur équipe désormais. Les Tana et les Mosso forment maintenant deux équipes, dans lesquelles évoluent des individus compétiteurs. Et la compétition reprend avec les larmes de Gaëlle : "mes enfants vont me prendre pour une grosse nulle". La voix off cultive sans scrupule la litote : elle est en fait secouée par "l'impressionnant cérémonial" du Conseil. N'empêche, les mots "gaudriole, farniente, vacances tranquilles" sont prononcés. Portrait de Gaëlle, frémissement des consciences, elle est peut être la suivante. Crinière énergique, caractère raidi par la vie, on se demande comment elle va gérer, ou créer, les conflits.

_ Qui est "on" ? Se demande le lecteur attentif. Le spectateur ?
_ Oui, Cancrelat, et notamment le téléspectateur averti. Le Maître philosophique de mon Maître philosophique disait souvent : "On est un con". Passe à ton voisin. "On", dans Koh-Lanta, c'est aussi une intelligence artificielle à multiples cerveaux, qui maîtrise le temps, scrute de son œil pervers des bobines entières, découpe la pellicule, réécrit l'histoire, montre et cache ce qu'elle veut. C'est au choix une divinité suprême, ou un collectif d'artistes. Son travail apparaît par petites touches. Les transitions par exemple, toujours très léchées, se font notamment autour des thèmes du feu et de l'eau. La mécanique est bourrée d'engrenages ciselés.

Retour de MARIE, du Pays des noisettes vertes. Cuivres triomphaux en fond sonore. GAELLE est, en effet, très expansive. Il faut dire qu'elles semblent bonnes camarades, promesses de retrouvailles dans l'au-delà, hors-du-jeu, si ce monde-là existe. Puis, donc, séquence érotique autour d'une tentative pour activer une flamme. "Il faut bourrer la fente". Si si, tout comme je vous le dit. Pas d'allusion de la voix off, étrangement. On se calme, on va chez les seniors : corvée d'eau contrariée par la houle, CATHERINE prend les rênes, JEAN-CLAUDE fait valoir une certaine "sagesse acquise", NICOLAS et MIKA sont prudents. Malgré tout, les Mosso n'ont pas d'inquiétude à propos du cyclone.
LIONEL, du staff de sécurisation, nous montre un schéma pourtant inquiétant. Belle transition "Même pas peur" chez les Tana. Les garçons restent couchés, GAELLE, contremaître, évoque pourtant des objectifs à atteindre. Unique attendrissement pour SEBASTIEN : "un plaisir d'être à ses côtés". Sabotage moralisateur tout juste réprimé, la reposante boussole statique des gars restera en place. GAELLE et EMILIE forment un beau duo, mais il en faut davantage pour former une sainte Trinité.
Et puis le jeu de confort arrive. C'est l'histoire d'un coffre lesté qu'il faut sortir de l'eau. Sans doute un reliquat du naufrage fictif et fondateur. Les enfants subissent-ils l'illusion romanesque ? Quoiqu'il en soit, Les jaunes gagnent un tutorat salvateur, SEBASTIEN assure un max. Chez les Mosso, MAMA soupçonne NATHALIE de la mettre hors du coup avec sa stratégie mystérieuse. ALAIN fait tout le boulot.
SAMSON l'habile cultivateur (tam-tam) va aider les Tana à s'en sortir. Plans sur son village, géographie de comptoir (deux saisons : une humide et une autre très humide… C'est très Parisien tout ça) puis confection de natte avec des feuilles de Natangura, de piège à animal avec une pyramide. MARIE admire. NICO sait que les poules vivent en troupeau ; SEB sait bien plus encore, il élargit le débat en réfléchissant sur leur culture citadine, qui les paralyse dans cet environnement. Bien vu. Mais "big cyclone" JIM approche, tout s'accélère, attention.
Séquence spécial Mosso, "on" évoque le "coup tordu" (ai-je bien compris ?) de NATHALIE. C'est mauvais pour la santé de MAMA, on veut la rendre dingue ? Retour du style "pendant ce temps" chez les jaunes ; MARIE, esthète, apprécie un feu obtenu de "belle manière". On rebascule chez les seniors : MAMA accapare le feu moribond, écarte GEORGES CLOONEY. Portrait de NICOLAS, naïf et spontané, plagiste reconverti. A Port Vila, le camion des pompiers exhibe son gros gyrophare. Chez les Tana, FD, défaitiste, pense perdre le feu ; SEBASTIEN est plus combatif. LUDOVIC, anxieux ou prévoyant, pense creuser un tunnel, le fromage s'y développe mieux ? Déménagements successifs, il a partiellement convaincu. Chez les Mosso, simple corvée d'eau. Epreuve d'immunité à Namosso Pass, il faut faire vite. Oui, mais Chef, il faut rester le plus longtemps possible pour gagner… A Port Vila, la pression monte, interview de technicien et d'officier très British. LUDOVIC a un gros nœud qui le gêne. NICOLAS CLOONEY sauve MAMA de la noyade, il l'emporte pour les siens. On a tenu le plus possible, mais on ne peut plus tenir. Le Plan Cyclonique d'Urgence (P.C.U) est activé.

Le rythme ralentit. L'école de Meten fournit un abri idéal aux naufragés seuls aux monde. La leçon est encore au tableau. Mais la simple vue de la Tour Eiffel et le sourire de l'ingénieur de Météo-France nous réconfortent doublement, c'est fini. Retrait du C.P.U. Musique triomphale, beaucoup de bruit pour rien. Soupçons.
Soupçons aussi chez les Mosso. La "reine" NATHALIE fait gonfler les joues de MIKA, qui prévoit un Conseil "jubilatoire", un de ces jours. Après MAMA, ESTELLE a souffert de la stratégie mystérieuse de la "reine" au balconnet d'argent. Séquence pornographique cette fois chez les jeunes, quatre volontaires pour, entre autres, "se frotter le bâton". Le feu prend, MARIE se donne à bloc. NICO en veut constamment à EMILIE. Ce coup-ci, elle regrette une pince à épiler. Portrait : elle fait les gros yeux aux clients. NICO ajoute qu'ils ne vont pas éliminer un mâle, dont la force est indispensable. "Chacun à sa place". NICO votera contre EMILIE. FD déclare en riant : "Je vote contre SEB, il a cassé notre auvent".
Le Conseil, DENIS BROGNIART évoque un bilan calamiteux. Il faut parler sans retenue. Ses questions vont aider… MARIE trouve que c'est fantastique de savoir se débrouiller. Duel orchestré au sujet du feu entre SEBASTIEN et FD ; explications. DENIS BROGNIART : "J'en veux d'autres". huile sur le feu, GAELLE doit vider son sac à propos du partage des tâches. Selon elle, seul SEBASTIEN prend des initiatives. NICO est supposé dénoncer la prétendue paresse de FD. SEBASTIEN prend l'initiative d'appeler à briser les "non-dits". Pourquoi tu le dis, semble demander EMILIE, qui fait les gros yeux. Coups de canons, fondu au noir.

SEBASTIEN fut, de l'avis de tous, un aventurier juste, courageux, ouvert et avisé. Mais SEBASTIEN était condamné par "on", implacable destin qui le rattrape sur la fin. "On", racaille complice, le point d'vue gliss' : animateur gentiment perfide, Prod', joueurs, éléments déchaînés, spectateurs avertis, même notre bon Docteur, même toi, gentille Lectrice, bon Lecteur. Glissades, chutes et cabrioles, c'est la comédie humaine. Vendredi est un jour sanglant, Tous au Festin !

Le Shériff

Publié dans Lucarnus Magica

Commenter cet article

Dr Devo 03/08/2006 00:17

Je suis carrément rejouit que vous appréciez ce titre que personnellement j'adore assez. La dragée de votre article était haute.
Le talent n'est pas une chose dont il faut être jaloux ou autre, mais c'est vraiment une source d'inspirationde transcendance. Et Dieu sait que votre article inspire!

Dr Devo

Le Shériff 02/08/2006 17:17

Va donc pour NICOLAS, alors...
Titre et légende vertigineux Docteur, vous êtes d'attaque dès le matin !

Dr Devo 02/08/2006 14:30

On peut avoir le même favori, c'est pas un probleme! Et puis, celui-la je sens qu'il va rester un moment!

Dr Devo

Le Marquis 02/08/2006 14:20

Docteur, c'est très mal, ce que vous faites : choisir mon propre favori. Je suis bon pour en choisir un autre maintenant... Bye Bye Nicolas !

Dr Devo 02/08/2006 12:22

Oui, moi qui pensait la malédiction levé, je suis bien marri.
Malgré les pressions qu'on exerce sur moi (Le Marquis et quelques autres), je vais dévoiler mon nouveau favori. Il s'agit de Nicolas, l'espèce de vrai-faux vieux-beau avec son sublime jacuzzi, son 4x4 et son attidude générale qui frise le respect!

Adieu Nicolas!

Cet article est sublimissime. Shériff, je crois que vous êtes encore meilleur que l'année dernière c'est fabuleux!

Dr Devo.