ENTRE ICI MIREILLE MATHIEU: débarrassée du cortège des Brailleuses...

Publié le par Dr Devo

Mesdames, Messieurs,

C'est une étrange figure qui vient visiter ce site au lendemain de réveillons trop gras et trop lourds. Mais qu'elle soit la bienvenue!

Entre donc ici Mireille Mathieu! Tu es ici chez toi, malgré, peut-être, les apparences.

C'est à la faveur d'un réveillon en tête-à-tête qu'une main malicieuse a glissé dans le mange-cd un disque de Mireille. Une discussion sur l'artiste a suivi, puis une analyse, puis une recherche sur le web, etc.. On sera surpris sans doute de retrouver la Mireille nationale sur ce site, à vocation culturelle, certes, mais plutôt iconoclaste. Et pourtant...

La figure de Mireille a acquis, pour les gens qui ont passé leur enfance dans les années 70 et 80, une patine fantômatique, débarrassée de presque toutes les scories ironiques qui ont forgé la caricature de l'artiste. Parce qu'elle est moins présente médiatiquement, bien qu'elle ne soit pas encore en retraite (et loin de là même: tournée en 2002, nouveau disque, tournée en 2005), Mireille draine dans son sillage un nombre important de fans qui suivent son travail, sans qu'elle ait à écumer (trop) les plateaux télé. Je ne peux pas me considérer comme un grand fan, ni comme un petit fan, mais quand même, à la suite d'un cadeau malicieux, là encore, au Noël 2003, je me suis retrouvé propriétaire d'un best-of, et donc oui, dans ma phonothèque, il y a du Mireille Mathieu!

Il fallait bien un article ici pour faire le point, non pas sur Mireille elle-même, mais sur le temps écoulé (retrouvé), et juger ou prendre parti pour l'artiste à l'aune des productions musicales populaires de ce nouveau siècle.

Que reste-t-il de l'écoute attentive de ce  best-of... D'abord, des chansons bien inégales. Les paroles sont ce qu'elles sont, mais musicalement c'est une autre paire de manches. On devine aisément le genre de musique et de performances que Mireille cherche. Des chansons tour à tour émouvantes ou enlevées, toutes prétextes à faire s'exprimer une voix qu'on est obligé de considérer comme puissante. Des mixages quelquefois maladroits la desservent. Les textes, des années après, l'enferment, certaines fois pour le meilleur, certaines fois pour le pire, dans son rôle de Chanteuse de la France. Ce qui est toujours un peu dérangeant.

Malgré tout, c'est la voix qui l'emporte. Bien sûr. Et pourquoi donc une admiration tranquille mais réelle pour cette chanteuse? Parce qu'elle est, je pense, le contraire pas évident, mais presque exact, des voix des ignobles musiques populaires française et internationales d'aujourd'hui. Cette voix est puissante, certes, mais contredit absolument les voix féminines de ces 20 dernières années. Lara Fabian, Céline Dion, Withney Houston, Isabelle Boulay et autres criardes que, pour le coup, je juge insupportables, et qui horripilent la moindre fibre de mon être délicat, ces voix aussi se veulent puissantes. Mais elles se situent bizarrement à l'opposé de celle de Mireille Mathieu. Le charme de Mireille, enfin de sa voix, c'est sa "droiture". Pas énormément d'ornements, pas grandes fioritures. La voix part droite, haute et claire, loin de toute minauderie R'n'B, cette horrible relecture de la musique soul, musique soul où justement, très souvent, les voix étaient brutes et claires, sans trilles excessifs, sans vibratos trop travaillés pour être honnêtes, et sans raille qui cherche à habiller d'une émotion feinte des textes et des musiques usés jusqu'à la corde et toujours plus indigents. Une horreur.

On constatera d'ailleurs qu'à la Star Academy où toutes les Stars passées se vendent sans vergogne, point de Mireille. On reprend tout et n'importe quoi (chanson du Roi Lion, Michel Sardou, Nino Ferrer, Gilbert Bécaud, Jacques Dutronc!), mais jamais une chanson de Mireille. Hasard? Je dis non. Mireille et sa voix droite portent une émotion qui ne passera que par le son brut, tenu et musical, souvent dénué d'intentions, et notamment d'intention de suprématie. On peut reprocher plein de choses à Mireille Mathieu, mais pas la franchise de sa voix, même si, de temps en temps, il lui arrive d'esquisser deux ou trois minauderies (en cultivant l'accent régional plein de "r" qui déboulent en cascade). D’ailleurs, c'est souvent là qu'on trouve ses chansons les moins passionnantes. Mais, en général, Mireille c'est quand même autre chose. On mesure en la comparant à la jeune génération ce qu'on a perdu, et on se retrouve devant cette dernière, à la vocation si évidement racoleuse, où chaque phrase se termine en vibrato immonde ou en modulation hasardeuse, on se retrouve, dis-je, comme le touriste perdu devant les vitrines des quartiers chauds de Amsterdam: "abasourdi" devant tant de vulgarité évidente pour le plus grand nombre.

On songera alors que la voix de Mme Mireille est curieusement, du point de vue technique, plus proche de celle d'une Björk que d'une Céline Dion. Une voix vieille France peut-être, mais élevée dans une culture musicale plus classique et plus rigoureuse. Certaines chansons de Mireille font maintenant sourire voire franchement rigoler (quelques textes ont prix un gros coup de vieux), c'est vrai, mais c'est aussi grâce à eux, ces vieux textes un peu rancis, que Mireille hante notre imaginaire lointain, et que quelque chose d'elle reste là, en filigrane.... Là où le cortège des brailleuses se perdra dans les cendres du temps, sans jamais tomber dans le ridicule, mais sans jamais décoller de la mare gluante de la médiocrité et de l'anonymat, la voix de Mireille restera.

Je nourris quelques gentils regrets face à son travail. On aimerait d'autres paroliers, quelquefois d'autres compositeurs. On rêverait presque à un artiste un peu fou pour trouver le petit coup de génie et lui proposer de faire autre chose, de faire dévier légèrement son créneau... Pour ma part, je lui propose de reprendre une chanson hors de son univers: "I Don't Believe a Word" de Motorhead, qu'on pourra, si cela semble trop violent ou moqueur, faire réarranger avec une orchestration différente (avec des cordes par exemple, et en gardant les guitares ; William Sheller ferait ça très bien!). Ou alors un album composé par Gérard Manset...Mireille, si tu nous entends, Chiche?

Sincèrement Vôtre,

Dr Devo.

(chanson de la semaine "I Can't Get Behind That" de William Shatner)

 

Publié dans Musika Degenerata

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Andrès 23/08/2012 23:41


Il est étonnant que les détracteurs de Mireille n'aient pas pensé que ce n'était pas dans matière focale qu'elle devrait être mais dans matière fécale, lol. Personnellement je suis un fan depuis
1965 jusqu'en 2005 (année de son CD en français: Mireille Mathieu).

sigismund 04/10/2010 12:19



...c'est bien ce que je pensais, on va tous Martine Aubry....



Dr Devo 04/10/2010 11:57



Ha je vous laisse juge, Sigis !


 


Je ne fais pas de politique sur le site!


 


 


Dr Devo.



sigismund 03/10/2010 23:00



j'avais compris !!!


je disais '...Martine Aubry ?' pour savoir si c'était  ça justement la punition divine...



Dr Devo 03/10/2010 20:56



C'est une simple blague de college!


 


PS: Martine Aubry!