Senoras y senores,

 

On fait une pause avec Vendredi 13...provisoire bien sûr. Mes vacances au pays natif de mon enfance se terminent et bientôt il faudra retourner dans le Nord du territoire où il fera bon s'enfermer chez soi, au chaud, tandis qu'il neige dehors.

 

Le bilan de mes visites à mon ami le Marquis est positif. La plongée dans la saga Vendredi 13 est délicieuse et fertile en nouvelles idées sur le cinéma. Un cerveau bien entraîné doit pouvoir s'amuser et se passionner de tout. Certains lecteurs seront sans doute désappointés de constater que cette fin d'année n'est composée, dans ce blog, que de films américains, et majoritairement fantastiques, mais qu'ils patientent! Dans quelques jours, j'embêterai les fans de Vendredi 13 avec une série d'articles sur Fassbinder! Y'en aura pour tout le monde.

 

L'autre jour, après notre Vendredi 13 quotidien ("Donne-nous aujourd'hui notre Jason de ce jour" ; à l'instar des DVDs de "The Avengers", cette série Vendredi 13 semble être un puit sans fond! On n’en voit jamais le bout.), Marquis déposa nonchalamment, à portée de mains, un dvd qui jurait quelques peu avec le reste de sa pourtant fort éclectique collection. Il s'agissait du film "Goblins", un film pour enfin inconnu sorti par un petit éditeur inconnu, dans la collection non moins anonyme "Kids Collection". Sur l'affiche des petits extra-terrestres, ayant un très vague air de ressemblances avec les formidables Gremlins de Joe Dante, débarquent sur terre dans un minuscule vaisseau spatial. Bien. Ça sent la production de série B de fond de tiroir, ça sent le direct-to-video supra-anonyme. Ça sent le petit machin plus ou moins mal ficelé.

 

Je me tourne vers Marquis : "qu'est-ce qui t'a motivé dans l'achat de ce film?". La réponse fuse : "Le prix!!". Une flamme malicieuse et perverse s'allume dans son regard. L'étiquette sur le boîtier confirme mes soupçons. 1.90€ au cash-converter local! Allez hop ! Sans plus attendre, la galette est glissée dans le lecteur.

 

Rien ne pouvait, dans mes plus beaux cauchemars, me préparer à ce qu'il faut appeler un choc. J'en ai vu des films. Expérimentaux, art et essai, commerciaux... J'en ai vu de toutes les couleurs dans cette putain de guerre. Ayant travaillé huit ans dans différents cinémas de toutes sortes, j'ai avalé du film au kilomètre, encore et encore. Et en vidéo n'en parlons pas... J'ai vu des acteurs se glisser maladroitement dans des costumes de monstres à fermeture éclair, genre Spectroman ou Godzilla. J'ai vu des maquettes tellement poussives qu'on voyait encore les traces de colle UHU... J'ai vu des Macistes de seconde zone, dans d'improbables péplums, soulever des rochers de dix tonnes qui, sans aucun doute, étaient en polystyrène... J'ai vu des personnages tomber de falaises avec la souplesse d'un mannequin en mousse... J'ai vu un acteur déguisé en singe de l'espace et du futur, dans San Ku Kai (excellente série expérimentale dont il faudra que je parle un jour), qui a oublié son paquet de Malboro dans la poche  de son costume (pendant le générique en plus!)...

 

Tout cela n'était rien. "Goblins" dépasse tout ça de très loin. Il enfonce la concurrence et repousse toutes les limites. Il y a tellement  de choses extraordinaires (au sens propre) dans ce film que ça en devient une expérience hallucinante.

 

Première surprise: la jaquette du dvd annonçait le film "Gobelins" mais le générique nous apprend que le titre exact est "Hobgoblins, les lutins maléfiques". Nuance. Mais bon, ayant été élevé dans le monde impitoyable des cassettes VHS à 10 francs, voilà qui ne m'effraie ni ne me surprend. Puis le film commence avec une première surprise. Le son est extrêmement sourd, sûrement le duplicata exact de la cassette VHS justement d'où la copie de ce dvd est extraite. Sourd, sourd, sourd, et encore plus. Marquis monte le volume jusqu'à qu'on puisse entendre quelque chose au bruit d'un souffle épouvantable, du genre tempête de 1989 en basse Bretagne. Plus délicat et plus incompréhensible: par-dessus ce souffle, de temps en temps (tous les 10 secondes en moyenne, une sorte de craquement ou de saute vient très clairement se faire entendre. C'est le bruit exact d'une rayure sur un disque vinyle! Le Marquis et moi sommes pliés de rire. Nous nous mettons à imaginer que peut-être à l'époque, dans la première moitié des années 80, lorsque le film était projeté au cinéma, le son était lu à partir d'un vinyle!!! Nous éclatons de rire en évoquant ce qui aurait été le grand-père préhistorique du son DTS. Il n'en est rien, bien entendu, mais, n'empêche, la provenance de ce craquement est assez inexplicable. Ce qui pour la plupart aurait été un défaut rédhibitoire conduisant à jeter le dvd dans la poubelle, devient pour le Marquis et moi une petite gourmandise délicieuse qui ne s'arrêtera qu'avec le film. Utiliser la haute technologie pour faire des sons et des images le plus terriblement low-fi est, pour nous, quelque chose de sublime. Avançons.

 

Bon. L'histoire. "Hobglobins..." de Rick Sloane. Mouais. C'est dur. Le scénario fut évidemment une catastrophe malgré la relative simplicité du sujet. Tout cela fut confus. Ça commence par dix minutes assez éprouvantes, une sorte de cap à passer. Un vieux monsieur est gardien de nuit dans un vieux studio de cinéma (en fait, un acteur pauvre et mourrant, le dos courbé par une polyarthrite réelle, de la vie réelle!, marche sans fin dans les couloirs d'un immeuble quelconque). Il forme son jeune assistant à ce formidable métier. Ils marchent avec difficulté et en temps réel dans ces couloirs... jusqu'à passer devant une porte (de coffre-fort géant, bizarrement!). Le vieux fait promettre au jeune gardien de ne jamais jamais aller dans cette pièce qui contient, soi-disant, des vieilles machines, "tu pourrais te blesser"... Dès que le vieux a le dos tourné, bien sûr, notre apprenti gardien s'empresse d'ouvrir le machin coffre-fort géant, et là, stupeur, se fait agresser par de lointains cousins mongoloïdes des gremlins.

 

Fast forward, fast forward, fast forward...  Un nouvel employé... Fast forward, fast forward, fast forward...  Fast forward, fast forward, fast forward...  Les E.T. s'échappent en ville...Fast forward, fast forward, fast forward...  Fast forward, fast forward, fast forward...  Fast forward, fast forward, fast forward...  Les E.T. débarquent dans la maison... Fast forward, fast forward, fast forward...  Les E.T. prennent possession du cerveau de la prude copine du héros qui perd le contrôle de son esprit et  décide  de devenir strip-teaseuse dans le pire club de la ville ("le scum-club"!)... Fast forward, fast forward, fast forward...  "Il faut éliminer ces créatures..."Fast forward, fast forward, fast forward...  "... tiens, prends cette grenade et allons dans cette boîte de nuit..." Fast forward, fast forward, fast forward... "Mon général, que faites-vous dans ce night-club?" Fast forward, fast forward, fast forward...  élimination des extra-terrestres... Fast forward, fast forward, fast forward...  Une bière et au lit, demain je commence mon intégrale Bergman.

 

Débile, débile, débile. Mais, c'est le cas de beaucoup de séries Z. Ici, l'incroyable avancée se situe dans l'animation des créatures. Elles ne sont pas mal animées. Mais alors pas du tout, bien au contraire: elles ne sont pas animées du tout!!!!!!! Jamais vu ça! Un extra-terrestre est une sorte de peluche tenue par un assistant, ET C'EST TOUT. Ces monstres sont complètement fixes! Je vous assure sur la tête de ma pauvre mère que c'est un spectacle hallucinant et que, grâce à ce parti pris technique (faire un film d'extra-terrestre en REFUSANT de faire des effets spéciaux aussi modestes qu'ils soient!) propulse le film dans une dimension proprement nietzschéenne. Vous qui lisez ces lignes n'avez qu'une toute petite idée de ce que cela représente. Vous êtes, je vous assure, encore loin de la réalité de ce film. C'est comme une comédie musicale qui serait tournée en muet, sans le moindre son (une partie de moi trouve d'ailleurs que c'est une très bonne idée!).

 

Toute la réalisation est à l'avenant. Les acteurs sont laids et incompétents. Le montage est calamiteux: on voit souvent un personnage parler à quelqu'un en tournant le regard vers la gauche, dire "allons-y" et voir son interlocuteur débarquer derrière son dos. Et les lumières, Doux Jésus! Un malheureux projecteur avec une gélatine à peine orange secouée par le réalisateur suffit  à faire un bâtiment en feu! Etc... Etc...

 

On a souvent dit à tort que les films les plus calamiteux du monde était ceux de Ed Wood ce qui est absolument faux (J’ai vu cet été "Glen or Glenda" qui est un film très expérimental, fauché certes, mais qui rappelle, comme le dit judicieusement le Marquis, les films expérimentaux de Kenneth Anger, le réalisateur ami de Andy Warhol). Ici, il n'est même plus question de Bien ou de Mal. On est largement au-delà. C'est une catastrophe tellement énorme que cet article ne vous donnera qu'une idée infime du métrage. Et pourtant, j'en ai vu un paquet de séries Z fauchées, réalisées par des gens qui avaient autant de talent pour mettre en scène un film que moi pour construire la cathédrale de Notre-dame, tout seul, avec une seule main. Ce film dépasse les frontières du connu, et par la même devient un film très important dans l'histoire du cinéma mondial.

 

 Allez pour finir, quelques extraits de dialogue.

 

"Faire de la moto, c'est comme s'asseoir sur un gigantesque vibromasseur" ("Hobglobins, les lutins maléfiques" est un film de la collection "Kids Collection" je vous le rappelle!).

 

"Mais qu'est-ce que je fous habillée comme une pétasse de vidéo-rock ?" (ma réplique préférée ; comme vous pouvez le voir, la Vf est à l'avenant).

 

Rick Sloane, réalisateur de ce film, qui est son deuxième long-métrage, a quand même réussi à convaincre des producteurs de financer une dizaine de films après celui-là! Il y a du génie chez ce cinéaste qu'il faut absolument découvrir de toute urgence.

 

 

 

Dr Devo

 

 

 

 

 

Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires
Lundi 3 janvier 2005 1 03 /01 /Jan /2005 00:00

Publié dans : Corpus Analogia
Retour à l'accueil

Commentaires

tout a fait d'accord ed wood avait un certain génie mais ce film, ce film.... au bout de combien de temps appercoit t'on ces peluches de gobelins? Dire que tout ca part d'un complexe de virilité du héros!! (qui n'est pas GI et n'a pas un gros fusil pour tuer des gens!!!) je l'ai acheté aussi pour le prix et pour le résumé a l'arrière qui posait la question: notre héros pourra t'il pouvoir sauver l'humanité??? Après avoir pris un pied monstrueux pendant les scènes de danses et de combat au baton, je suis prete pour toute les "fin des temps", blade and co. je sais enfin ou se trouvent leurs qualités
Commentaire n°1 posté par sotty le 19/02/2005 à 00h33
Scotty, de là à dire que la fin des temps est un film regardable, il y a une marge... Les sous-sols du cinéma sont immenses... Merci. Dr Devo
Commentaire n°2 posté par Dr Devo le 19/02/2005 à 08h16
je constate avec consternation que je ne suis pas le seul être ( à peu près ) humain à avoir vu le stupéfiant "Gobelins".
Mes aïeux, quel spectacle! J'en ai la machoire qui se décroche toute seule rien qu'à l'évoquer, par tous les saints...
Commentaire n°3 posté par amin le 15/08/2005 à 23h38
Le mieux, c'est encore d'enchaîner très vite avec ROBO-C.H.I.C. pour oublier.
Commentaire n°4 posté par Le Marquis le 16/08/2005 à 00h12
ROBO-C.H.I.C???C'est quoi???
Commentaire n°5 posté par Roxanne le 16/08/2005 à 00h19
50% femme
50% robot
100% fliquette sexy
Un très grand film.
Commentaire n°6 posté par Le Marquis le 16/08/2005 à 01h51
Ce film est énorme, rien que pour les peluches "qui attaquent et qu'il faut secouer pour que l'on croit qu'elles sont vivante".

Autre réplique culte : premiere scene dans la maison (un des seuls décors du film XD) quand le militaire (uniforme super réglementaire)macho rentre chez lui et dit aux fille qu'il a tiré avec une grosse mitrailleuse le héro répond : "Ouais, ben moi à mon Travail J'ai un Pistolet !!" XD. Et que dire du combat de baton inutile, avec des bruits bizards à la place des coups XD !
Commentaire n°7 posté par x.black-jack.x le 22/12/2005 à 00h43

Kapeleau, ce dont on se passerait volontiers, c'est de ce genre d'interventions arrogantes et antipathiques. Puisque tu aimes tant lire, va donc ouvrir un manuel de savoir-vivre.


Et merci à Black Jack pour son commentaire, content de voir que certains savent apprécier les bonnes choses : je te propose d'enchaîner avec le film MAC ET MOI, tu m'en diras des nouvelles.

Commentaire n°8 posté par Le Marquis le 22/12/2005 à 03h58
Bon, ca fait quelques jours qu'on a ce genre de probleme de comportement de gens qui postent pour insulter d'autres.

je fais le ménage, et j'efface le commentaire de Kapeleau.



Quant à Black-jack , merci de ton com! Ca fait plaisir de voir que le Marquis et moi ne sommes pas les seuls à explorer les zones obscures de Prism Leisure...



Amicalement,



Dr Devo.
Commentaire n°9 posté par Dr Devo le 22/12/2005 à 09h30

Rappelons tout de même aux esprits bien pensant qui font se faire un plaisir de nous critiquer pour notre mauvais gout passager (supposé enfoui et inavoué), notre éventuel voyeurisme d'oeuvres réservées à la populaaaace, nous soupçonner d'une passion secrète pour le pissage de rire devant ce que l'humanité est capable de faire de pire, que ces petits chef d'oeuvres ont au moins un mérite :


 


Celui de nous faire comprendre a contratio que les  films de fictions sont des films de fiction, et que le cinéma est un langage.


Et c'est déjà pas mal!

Commentaire n°10 posté par le repassant le 22/12/2005 à 12h34
Bravo Repassant!



Evidemment il y a toujours des gens pour decrier le simple fait qu'on puisse voir ces films... Les malheureux!



Si la fréquentationd e la série Zzzz et au-delà ne suffit pas à elle-même (il faut regarder du straub du cronenberg ou même du speilberg à côté, bien sûr), les ignorants, qui bien entendu n'en ont que peu vu voire pas, ne savent pas que dans ces films, où les moyens sont tres limités, il y a parfois des audaces de narrations de mise en scène remarquables et que de temps en temps on y trouve des idées (quelquefois volontaires, quelques fois non) tout à fait remarquables.



Oui, ce cinéma là parle aussi du cinéma et de la spécifité de son langage.  Toutes les series Z n'ont pas la même richesse, toutes ne sont pas créatives (certaines sont fortement ennuyeuses), mais il faut pouvoir aborder ces choses là avec ouverture.



En tout cas, je vois avec tristesse que l'ouverture de ce site, où on traite à égalité de cinema commercial comme de cinema art et essai, où des styles et des publics antinomiques normalement se rencontrent, ce vrai luxe, à l'heure où le cinéma et ses adorateurs sont de plus en plus partisasns et ne finnissemnt par ne plus rien voir de pertinent dans le paysage cinématographique, trop occupés à défendre telle ou telle chapelle, cett richesse, dis-je , n'est pas si évidente que ça, voire pas "si tolérable"... J'ai du mal à comprendre.

Une des raisons de la creation de ce site est justement de sortir du systéme du pouce levé-baissé, et d'aborder les films sont l'angle deu langage et de la mise en scène, d'aborder les choses sous une lumière la plus subtile et subjective possible, sans a priori.



Quand je lis certains commentaires (voir ceux sur KING KONG, où un excité interdit quasiment qu'on puisse envisager Tolkien comme de la littérature; ce ci dit je ne suis pas fans du tout de Tolkien..), je me dis que le simple fait de poser un avis creusé, fut-il iconoclaste est un sacré scandale.



Je n'aime decidement pas les chapelles, et malgre des affintités electives certaines, je n'en défend aucune.



Cordialement,



Dr Devo.
Commentaire n°11 posté par Dr Devo le 22/12/2005 à 13h43

Le problème du monde du cinéma français, ce très petit monde, c'est que les différentes plongées qu'un honnête homme peut y faire ne peuvent que le convaincre que fréquenter des tricoteuses ou des boulangères, c'est quand même plus sain!


La question des chapelles et des genres, pffff, trop à dire sur cette affaire, j'adore provoquer des petits haussements d'épaule de mes amis soit disant cinéphiles en leur faisant part de mes visites au cinéma populaire : voir et apprécier Podium de Yann Moix sur la vie de Claude François, l'apprécier parce qu'en quelque sorte je veux avoir la possibilité de me mettre à la place du bistrotier de la place des Vosges qui veut juste se détendre, et que je préfère qu'il se détende devant un film qui au moins lui en donne pour son argent, le respecte en tant que spectateur, plutôt que devant un navet à 100millions de francs, Le Boulet, ou tout le monde soupirait, et qui a du rapporter bien moins que ce qu'il a couté.


Quant à ce qui se dit sur les forums cinéma du Web, c'est pathétique à part ici, c'est le seul "forum", par le biais des commentaires, digne de ce nom que j'ai trouvé, celui des cahiers du cinéma n'est pas génial, il n'y a que quelques plumes correctes et intéressantes, et je pensais que, malgré la difficulté de l'écriture critique, plus de personne saisiraient l'occasion offerte. C'est tout de même un comble que ce qui fut une revue de référence attire aussi peu de monde lorsqu'elle lance son forum.


L'unicité de l'objet est importante, d'autant plus que l'on évite de voir dans le cinéma populaire plus que ce qu'il est. La tentation de voir des secrets cachés derrière des daubes agréables (ou de les discréditer si ce sens secret est introuvable), si grande chez les tenant d'une sémiotique cosmique est pour moi un des grands piège de l'exercice, vous l'évitez heureusement.


Quant à ceux qui se permettent d'insulter à tout va, Tolkien par exemple (on arrête, on est un peu sérieux, quand tu auras l'imagination et la capacité d'évocation de Tolkien, tu repasseras mon garçon), c'est la vermine de l'internet, l'oeuvre de lâches profonds, quel que soit leurs motivations amont. J'ai remarqué en d'autres sites que leur fonctionnement est toujours le même : est livré avec l'abonnement à l'ADSL un cerveau, et le droit de prendre les gens de haut, c'est à dire de se dispenser en tout temps, sur quelque sujet que ce soit, de quelque argumentaire que ce soit : une jouissance similaire à celle des mythomanes.


On poursuivra ce débat.


Mais faut absolument que je vois le film ci dessus!


Cordialement


Yves

Commentaire n°12 posté par Le repassant le 22/12/2005 à 17h44

Ô Superfocale

BUREAU DES QUESTIONS

clique sur l'image

et pose!

 

Recherche

United + Stats


Fl banniere small





 
 





 

Il y a  6  personne(s) sur ce blog
 
visiteurs depuis le
26Août 2005



eXTReMe Tracker



Notez Matière Focale sur
Blogarama - The Blogs Directory

 


statistique

Matiere Focale TV



W3C

  • Flux RSS des articles

Recommander

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés