KOH-LANTA chapitre I: Le Commencement était la fin...

Publié le par Le Sheriff


(photo: "I'm wild awake on Memories..." par Dr Devo)

Et si nous replongions dans l’enfer bleu et vert ? Vous l’aurez compris, KOH-LANTA s’invite sur le Blog ; le drame de l’été, ce n’est ni DOLMEN ni le TOUR de FRANCE, mais la saga sans héros, simplement l’histoire du survivant d’un groupe de naufragés.

 

Parce que, oui, KL se veut un récit d’aventure. Quelques indices viennent rappeler en pointillé le scénario : chute « oups » de la barque de JOSEPH le pêcheur, échouage des nageurs exténués et de leurs rares effets trempés, accueil de Denis BROGNIART : le Destin a voulu que vous soyez séparés en deux groupes (KANAWA et KUMO). Le destin vous distribuera bonheur ou malheur, don d’une récompense (épreuve de confort) ou disparition d’un naufragé (perte de l’immunité).

 

Ce dernier point mérite une pause : asseyons-nous sur un palmier couché. Pourquoi ne doit-il en rester qu’un ? Pour que les 100 patates constituent une récompense suffisante ? Pour créer une émulation jusqu’au-boutiste ? Pour pousser au maximum le processus d’élimination avec une intensité sans cesse croissante ? Avec le recul, j’enlève les points d’interrogation. Oui, sage lecteur, c’est l’exécution des gladiateurs, mais comme ils sourient à leur bourreau divin, ce sont des martyres volontaires et non des victimes. Rassurés, nous pouvons fouler avec eux le sable immaculé de la plage.

 

Epreuve de cohésion et d’équilibre pour gagner le feu, tout le monde se tient bien. Ah, par-ci par là un plan insistant sur un string (3 secondes, oui oui !). KANAWA dormira au chaud.

 

Epreuve d’immunité, bien fatigante (un tronc à porter), une cible potentielle est désignée (comprenne qui pourra) par les commentaires chez les perdants, les KUMO.

 

Distillés lors de l’émission, trois portraits de « la vie d’avant » se succèdent ; bien sûr les gens avertis devinent que le Conseil désignera l’un d’entre eux ; amie lectrice, ami lecteur qui n’a pas vu la rediffusion de jeudi prochain, abandonne la lecture, tu trouveras d’excellents articles dans les autres rubriques : STOP !

 

 

Non mais j’en crois pas mes yeux, c’est trop fort !

 

D’accord, CHRISTINE, lors du portrait inaugural, a du mal à exister ; on peut admettre que KOHLANTA soit un rite initiatique, mais à son âge, sans lui manquer de respect, devenir vahiné, c’est gonflé. Ses deux enfants et son mari la vampiriseraient, elle voudrait s’affirmer... A suivre...

 

Le pauvre MATHIEU, on lui a préparé un de ces portraits... Les pharmaciens ont une bonne raison d’être morts de honte. Un digne fan de KL, puisque je présume qu’il en est, qui a préparé sa candidature, ne peut pas se faire coincer si facilement ; dégommé par les siens, une famille brisée ! Pas de doute, la prod’ trafique les portraits. Oui, mais ça a l’air tellement vrai. Confirmation avec les tractations, il se révèle être un candidat sans finesse dans ce domaine, s’enflammant pour convaincre MOHAMED (« on ira jusqu’au bout ») chabada...

 

Tout ça pour éliminer AUDE, qui a su pourtant toucher d’éminents analystes ! Des amis, une famille sympa, l’amour des bêtes (et, en pointillé, biologisante érudite), une candidate redoutable ! La promesse de débats quant au sort des animaux « capturés ». Tout cela anéanti pour laisser la place à d’autres bien meilleurs, pour refuser la compétition ; mais ma cocotte, dire cela, c’est s’en prendre à DARWIN, cela tourne au Créationnisme. Comme l’a bien écrit le MARQUIS, il y a quelque chose de faussement christique dans cet abandon. Moi, je dis : « Ca ne se fait pas, il faut punir, on se reverra lors du vote final ! »

 

Voilà : les candidats qui se mettent d’accord pour couvrir un abandon, c’est comme rater volontairement une épreuve, ça s’est déjà vu. La sanction, inattendue, est immédiate : deuxième vote et second retrait ; l’équipe est affaiblie, le message d’en-haut est passé sans ambiguité, vu les mines des candidats.

 

Question finale : La production savait-elle avant le vote que MATTHIEU serait désigné par ses camarades ?

 

Réponse : Shériff, ton récit est tronqué, dis-leur la vérité !

 

La vérité, mes enfants, c’est que quelques questions habilement posées peuvent décider de l’existence d’un individu. Soumis au Dieu Trompeur, ils ont dénoncé le frêle agneau. Miam !

 

Le Sheriff.

Publié dans Lucarnus Magica

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Prisca 07/07/2005 10:35

Un peu mais ça manque un peu de Ferrero Rocher, Monsieur l'ambassadeur.

Dr Devo 06/07/2005 18:00

Héhéhéhé, sacré papy. Toujours le mot juste malgré l'âge.
J'ai pas vu le film publicitaire de besson, mais j'imagine deja le resultat splen-douillet, et le budget plus goliath que david!!


Dr Devo
(c'est moi ou ça ressemble de plus en plus à une reception dans les salons d'Oscar wilde ici?)

papy navo 06/07/2005 15:04

Douillet l'a dans le cul, et pour une fois ce ne sont pas des pièces jaunes.

Prisca 06/07/2005 14:46

Est-il prévu un article sur le film de Luc Besson "paris mon ami"?

Le Marquis 06/07/2005 01:57

C'est une analyse brillante et ça m'a beaucoup fait rire : vivement le chapitre un (hé hé hé).