HENRY, PORTRAIT OF A SERIAL KILLER, de John McNaughton (USA-1986) : hypercallifragilistisexpialido-sprotch !

Publié le par Le Marquis

 

(photo: "Mat et Brillant" par Dr Devo)

 

Le premier long-métrage du talentueux John McNaughton (MAD DOG AND GLORY, WILD THINGS) est un sacré choc, un film unique en son genre, qui se souvient de métrages comme LES TUEURS DE LA LUNE DE MIEL ou MANIAC, mais parvient à trouver un ton très personnel. C’est un film noir comme l’ébène, inspiré par les crimes du serial killer Henry Lee Lucas et de son comparse Ottis. McNaughton livre un film réaliste, cru, sombre, violent, d’aspect faussement documentaire, bien qu’il ne s’encombre pas à vouloir restituer les faits réels, préférant construire un scénario de fiction, une réflexion sur le mal, un portrait du tueur en série qui ne s’enlise jamais dans la caricature ou la gratuité. Le cinéaste a l’intelligence de ne pas enfermer son récit dans une monotonie esthétique qui plombe lourdement certains métrages réputés inconfortables (comme le film COMBAT SHOCK, sinistre, relativement ambitieux, mais tout aussi figé, laborieux et insipide) : faire dans le malsain, c’est facile. Construire une progression visuelle et narrative dans le cœur d’un métrage dépeignant le quotidien dépressif d’un tueur psychopathe, c’est une autre paire de manche. John McNaughton joue dans la première partie sur le hors-champs et surtout sur la bande-son avant de détailler des séquences de meurtres de plus en plus crues ; le retour à la suggestion dans un dénouement assez traumatisant distille un malaise presque insoutenable, non pas parce que le réalisateur met le paquet sur les effets, mais parce que ce bout de chemin que nous venons de faire avec Henry nous permet, à défaut de compatir, de pleinement appréhender la portée de cette conclusion mêlant la monstruosité et le pathétique.

L’interprète du rôle principal, Michael Rooker, est sensationnel, et parvient à donner à son personnage une dimension humaine sensible et tourmentée sans laquelle le film ne serait pas ce qu’il est. En orientant peu à peu le récit vers la confrontation de Henry et d’Ottis (qu’il initie au meurtre mais qui le surpasse vite en perversité), le cinéaste développe un propos intelligent, consistant, dérangeant mais constamment juste, qui évite à son film de ne rester qu’un constat brut, de donner dans le glauque pour le glauque. A ce titre, l’apparition d’une caméra DV lors de virées sanglantes est une idée superbe, permettant au scénario de déclencher la confrontation, et en cela d’amorcer à la fois une réflexion sur l’image et une exploration psychologique de la névrose psychopathe d’une subtilité vraiment inédite et inégalée à ce jour. Une idée superbe, donc, dont McNaughton n’abuse pas (la caméra est vite brisée par accident), une idée qui devrait faire pâlir d’envie les concepteurs de C’EST ARRIVE PRES DE CHEZ VOUS, qui sur un sujet similaire utilisaient la présence d’une caméra-meurtre sur 1h30 sans effleurer une seconde la finesse du propos de HENRY, s’enlisant au contraire dans une complaisance, une absence de distanciation faisant de leur long-métrage une expérience voyeuriste débouchant sur une impasse stylistique et scénaristique, un métrage corsé mais un peu vain. Tout ce que n’est pas ce HENRY-PORTRAIT OF A SERIAL KILLER riche et pénétrant, fait de répulsion, d’angoisse, de désespoir et même de tendresse. Henry est un monstre, mais un monstre qui souffre. Atrocement. Constamment. Un film très sombre, mais incontournable.

Le Marquis.

Retrouvez d'autres articles sur d'autres films, en accédant à l'Index des Films Abordés : cliquez ici !

Publié dans Corpus Analogia

Commenter cet article

Le Marquis 29/07/2005 18:10

Le problème de Nanni Moretti, c'est qu'il ne s'attaque pas à des "bouses italiennes" (des titres?), mais à des films comme HENRY, SAILOR ET LULA ou LE FESTIN NU. Je n'oblige personne à adorer ça, mais sa charge contre ces films était profondément puérile et totalement dépourvue d'arguments valables. D'autant plus agaçant qu'il n'arrive pas à la cheville des cinéastes sur lesquels il se permet d'uriner.
Merci beaucoup pour l'info musicale, je ne connaissais pas, je vais tâcher d'y jeter une oreille !

Sultan Rahi 29/07/2005 15:45

Je parlais des bouses italiennes.

Sultan Rahi 29/07/2005 15:44

Bon, moi j'aime bien Nani Moretti, même si vous n'aimez pas le fait qu'il n'aime pas la violence dans les films (vu ce qu'ils ont été capables de faire dans les années 70, je le comprends. Je parle des bouses bien sur).
Bande-son pour ce blog: la reprise de "Henry portrait of a serial killer" par Fantomas (avec le Mike Patton de Faith no more) dans leur album "Director's cut".

Dr devo 19/07/2005 19:15

N'oublions jamais! Surtout que les methodes qu'il employait envers ces films étaient tout bonnement de l'ordre de la Propaganden, la plus immonde en effet.

[Pour ceux qui n'ont pas vu Journal Intime, rappelons que Moretti critiquait ces films pour leur violence en remontant des images uniquement violentes et sorties de leur contexte... Evidemment, la tendresse de HENRY... ou de SAILOR ET LULLA était justement bafouée et très indignement cachées (puisque ces deux films sont tendres) aux psecateurs de l'affreux italien. Maintenant qu'il est enagé politiquement à gauche en Italie qu'il ait changé ces méthodes. Si non, ce n'est pas une bonne nouvelle pour la gauche italienne qui n'a pas besoin de ça!]

On fait pas de la politique ici, mais on aime l'honnêteté!

Cordialement,

Dr Devo.

Le Marquis 19/07/2005 18:30

ABSOLUMENT D'ACCORD !!!