BCMG 15

 

[Affiche réalisée par John Mek-Ouyes et Dr Devo.]

 

 

Chers Focaliens,

 

Voici le programme du nouveau BON CHIC MAUVAIS GENRE, et sans nous vanter, c'est quand même la classe! On n'est pas peu fier, entre autres, pour la deuxième fois consécutive de vous présenter non seulement deux films sublimissimes et fous, mais aussi un film totalement inédit en salle, UZUMAKI, que les vieux focaliens connaissent bien, car ça fait quand même quelques années qu'on vous tanne avec ce film ! Alors, chers amis de la Liberté et de la Beauté, vous allez vous régaler ! Rejoignez la Résitance ! Venez prendre le maki !

 

[Attention: des travaux vont avoir lieu au Majestic, et une des deux grandes salles va être fermée pendant quelques semaines ce qui signifie que cette séance va avoir lieu dans une petite salle ! Réservez vos places dés le 1er Avril. à la caisse du cinéma...]

 

Dr Devo.

 

 

 

 

BCMG, la soirée consacrée aux films de genre et/ou au cinéma qui décoiffe, programmée par les projectionnistes du Majestic en collaboration avec Plan-Séquence et Matière Focale.com revêt ce moic-ci son plus beau kimono. Nous n'avions pas du tout prévu (hélas!) le déchaînement de catastrophes s'étant récement abattues sur le Japon, ni la mort de Maître Cappelo d'ailleurs. Et comme l'année dernière, nous vous proposons donc une nouvelle soirée  consacrée au Japon, territoire non seulement des monstres radioactifs mais aussi de la grande poésie cinématographique. En voici la preuve: deux films superbes et différents. D'un côté, le merveilleux classique BABY CART 2, la suite des aventures du samouraï au landau (ils sont comme ça, les japonais!), chef-d'oeuvre du cinéma populaire mondial. Et de l'autre, encore une découverte BCMG: UZUMAKI, film complétement foufou, beau, drôle et effrayant, qui n'est jamais passé au cinéma en France (quelle honte !) et réalisé par un metteur en scène mi-japonais mi-ukrainien. Autant dire que la beauté va irradier de partout!


 

 

uzumaki12

["Mademoiselle, répétez après moi: mes paupiéres sont lourdes et le nucléaire est sans danger !"]

 

19H30 : UZUMAKI. Film de Higuchinsy (Japon-2000). V.O.s.t. Durée: 1h30.

Avec Eriko Hatsune, Fhi Fan, Hinako Saeki, Eun-Kyung Shin, Keiko Takahashi.


Kirie, une jeune fille sans histoire vivant dans une petite ville un peu perdue du Japon, passe une existence tranquille entre sa vie au lycée et son meilleur ami Shuichi. Le jeune homme, sérieux comme un pape, droit comme un "i" et d'un naturel inquiet est à l'opposé de Kirie, qui est au contraire affable, serviable et rigolote. L'existence de ces deux meilleurs amis du monde prend une tournure étrange lorsque que Shuichi s'aperçoit que son père, un céramiste réputé dans tout le Japon, semble soudain se désintéresser de son travail pour se mettre à collectionner tous les objets ayant une forme de spiral qui lui tombent sous la main, ou encore à contempler  des heures durant la carapace des escargots ! Des faits étranges commencent alors à faire basculer la vie de cette ville tranquile. Tour à tour, les habitants développent cette obsession morbide pour les spirales, entraînant métamorphoses et morts mystérieuses sous le regard désemparé des deux jeunes gens…

 

Adapté du célèbre manga d'horreur éponyme de Junji Ito, UZUMAKI (spirale en japonais) est le film de toutes les audaces. L'adaptation, très finaude, ne pousse pas le morbide originel du manga aussi loin,  mais se concentre plutôt sur une exagération du grotesque qui plonge le film dans une atmosphère qui serait (et qui est!) étrangement malicieuse et drôle si elle n'était pas aussi anxiogène. Le résultat, très éloigné de la vague fantastique japonaise des années 90 et suivantes, est un mélange hallucinant, d'une liberté sublime et gourmande où Higuchisky ose tout et expérimente sans cesse les formes esthétiques les plus folles, avec un soin et un sens du détail qui mérite le respect. UZUMAKI est un film atypique, une expérience hors du commun, psychédélique et déjantée, à la narration totalement insolite ! A noter que, scandaleusement, le film ne sortit jamais en France au cinéma, ce qui fait de cette séance une chance unique de voir le film en salle.

Je vous avais déjà vanter les mérites de ce film, il y a quelques années, dans cette critique merveilleuse: clique ici  pour la lire!

 

Vous savez que je n'aime pas trop ça, dévoiler le film à l'avance et tout et tout, mais bon je sais que vous adorez les films-annonces, mes petits agneaux... Alors voilà, c'est cadeau!

 



 

 

 

lonewolf

[Photo: "C'est vous qui avez mis 8/10 à mon fils?"]

 

 

21H30 : BABY CART 2 – L'ENFANT-MASSACRE (Kozure Ôkami: Sanzu No Kawa No Ubaguruma). Film de Kenji Misumi (Japon-1972). V.O.s.t. Durée : 1 h 21.

Avec Tomisaburo Wakayama, Kayo matso, Akiji Kobayashi, Minoru Oki, Shin Kishida.

Japon féodal. Itto Ogami, ex-bourreau du shogun et célèbre dans tout le Japon, offre désormais ses services de tueurs à gages aux plus généreux, tout en élévant son jeune fils de 3 ans qu'il transporte dans un landau ,au fil de ses aventures professionnelles ! Toujours obligé de prendre la route, Ogami traverse le Japon. Il est traqué par le clan Yagyu qui veut sa mort et qui, pour cela, envoie à ses trousses un redoutable groupe de femmes ninjas. Il est aussi poursuivi par trois personnages étranges et peut-être plus coriaces encore : les Maîtres de la Mort…


La série des BABY CART (6 films au compteur) est un exemple de la qualité exceptionnelle du cinéma japonais des années 60-70. Les aventures du samouraï au landau sont effet une complète réussite : bien loin de n'être que des petits films d'exploitation, ce sont aussi d'hallucinants films d'auteur, comme on dirait par chez nous. On est loin, en effet, de la répétition anonyme du cinéma commercial : photo sublime, montage baroque et précis, un univers sonore souvent étonnant, un sens du rythme redoutable et une mise en scène iconoclaste, extrêmement poussée et bougrement audacieuse… Ces films sont montés avec un soin maniaque et leur esthétique est tout simplement magnifique. Du cinéma populaire et exigeant, au service d'histoires violentes, parfois gores, mais qui servent des personnages sombres et passionnants. Cette liberté de ton se retouve complétement dans l'opus 2 de la série qui a inspiré de nombreux cinéastes, Carpenter et Tarantino, notamment, qui lui ont rendu largement hommage. A noter qu'il n'est absolument pas indispensable d'avoir vu le premier épisode de la série pour apprécier ce classique.

 

 

 

Dress-code de la soirée (faculatif) : Maître Cappelo, samouraï, Richard Chamberlain, tenue NBC anti-radiation, ninjas, ingénieurs nucléaires, mutants, uniformes lycéens, escargots, spectateurs du Majestic.


Réservations conseillées (la salle sera petite!) : possibles dès le Vendredi 1er Avril à la caisse du Cinéma Le Majestic. Soirée proposée par Plan-Séquence & le site Matière Focale.com.

 

 

On peut inviter tous ses amis à venir, grâce à la page Facebook de ce BCMG #15.

 

Dr Devo.

 

 

 

 

Découvrez d'autres articles sur d'autres films en consultant l'Index des Films Abordés.

 

Retrouvez Matière Focale sur Facebook .

Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 31 mars 2011 4 31 /03 /Mars /2011 11:23

Publié dans : Mon Général
Retour à l'accueil

Ô Superfocale

BUREAU DES QUESTIONS

clique sur l'image

et pose!

 

Recherche

United + Stats


Fl banniere small





 
 





 

Il y a  7  personne(s) sur ce blog
 
visiteurs depuis le
26Août 2005



eXTReMe Tracker



Notez Matière Focale sur
Blogarama - The Blogs Directory

 


statistique

Matiere Focale TV



W3C

  • Flux RSS des articles

Recommander

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés