BON CHIC MAUVAIS GENRE #20 (Spécial Polar U.S): Flics contre Pègre, West Coast Vs East Coast !

Publié le par Dr Devo

bcmg20-devo.jpg

[Affiche officielle du BCMG #20 par Dr Devo.]

 

 

 


 

 

BCMG, votre soirée consacrée au cinéma de genre ou méconnu, diaboliquement préparée par les projectionnistes du cinéma Majestic, vous propose, pour sa 20ème édition, un programme 100% américain, entièrement voué au polar, mais attention, le polar adulte, urbain, fougueux et sauvage grâce à deux films parfaitement différents et complémentaires dépeignant avec beauté et violence le combat entre les flics et la pègre, entre le Bien et le Mal. L'occasion de redécouvrir deux chefs-d'oeuvre par deux des plus grands des réalisateurs américains. 

 

 

 

[Bon, là, le film-annonce ressemble plus au film!! Son seul défaut: ça sent pas assez la testotérone, alors que le film en est dopé!]

 

 

19H30 : POLICE FEDERALE LOS ANGELES (To Live And Die In L.A). Film de William Friedkin (USA-1985). V.O.Sous-Titrée. Durée : 1h56mn.Interdit aux moins de 12 ans.

Avec William Petersen, Willem Dafoe, John Pankow, Debra Fueuer, John Turturro, Dean Stockwell, Darlanne Fluegel.

Richard Chance (W. Petersen), flic des services spéciaux de Los Angeles, est spécialisé dans la lutte contre le faux-monnayage. Lorsque son partenaire est tué quelques jours avant la retraite, il tient pour responsable Rick Masters (W. Dafoe), fameux imprimeur de fausses coupures. Une lutte sans merci va avoir lieu pour mettre le gangster sous les verrous, mais très vite les conséquences de ce combat vont prendre des allures apocalyptiques !

Ha, William Friedkin est enfin à BCMG ! Le réalisateur protéiforme de FRENCH CONNECTION, CRUISING et L'EXORCISTE signe ici un polar très nerveux et totalement étonnant. La mise en scène est à la fois très rentre-dedans et magnifique, et même gourmandissime : changements d'ambiance brutaux, coupe du son au plan, utilisation de la musique, accélérations stupéfiantes, débrayages inattendus et la superbe photo du maître Robby Müller (photographe du DEAD MAN de Jarmusch, mais aussi chez Von Trier, Wenders, Jane Campion, Alex Cox !). Le montage est très libre et offre des percées poétiques ou abstraites très étonnantes. Comme chez Ferrara, Friedkin réorganise les codes du genre pour dresser un portrait nerveux de la ville. Et au fur et à mesure, dans une ambiance ultra-virile, les personnages chauffés à blanc sèment la violence, transformant le film en western hardcore, puis en véritable enfer sur terre. A noter une hallucinante scène de poursuite. Très grand film.

 

 

 

 

[Pour ceux qui ne peuvent pas s'empêcher, la bande-annonce du film. Bon, la musique pêchue et stupide n'est pas celle du film. Le thème au synthé oui! Bisous!]

 

21H45 : KING OF NEW YORK. Film de Abel Ferrara (USA-1990). V.O Sous-Titrée. Durée: 1h43mn. Interdit aux moins de 16 ans.

Avec Christopher Walken, Victor Argo, Laurence Fishburne, David Caruso, Janet Julian, Paul Calderon, Steve Buscemi, James Lorinz.

Frank White (Christopher Walken), célèbre parrain new-yorkais sort de prison après avoir purgé une peine de cinq ans pour trafic de drogue. Il retrouve ses hommes de main et immédiatement, il se lance à la reconquête de ses anciens deals, mais pas seulement. Il veut contrôler tout le marché de la drogue new-yorkais. La violence envahit la ville à mesure qu'il élimine la concurrence ! De leur côté, les policiers ayant mis White sous les verrous sont dégoûtés de le voir reprendre le contrôle de la pègre. Et parmi les flics les plus jeunes, on commence à penser à des méthodes plus expéditives pour le stopper. Mais White a changé, et il poursuit un étrange but...

 

KING OF NEW-YORK, réalisé deux ans avant le mythique BAD LIEUTENANT est le film qui a définitivement imposé Ferrara comme un des très grands réalisateurs américains. Plongée crépusculaire dans un New York hanté, c'est aussi la première et mythique collaboration du cinéaste avec Christopher Walken, ici au sommet de son art, totalement énigmatique et fantomatique. A partir d'un récit épuré, loin de toute lecture psychologique de bazar, KING OF N.Y réutilise les thématiques classiques du polar, les réinvestit pour construire un film parfois brutal et fulgurant, et bizarrement touchant. La quête de Frank White devient alors mythique, presque fantastique, et laisse une empreinte durable sur le spectateur. A noter: une photo superbe et le reste du casting très franc du collier, mais tout à fait remarquable. 

 

 

 bcmg20 version 2 devo

[Et hop! L'affiche alternative qu'elle est belle!]

 

 

Réservations conseillées: possibles dès à présent à la caisse du Cinéma Le Majestic.

Dress code(Un dvd à gagner pour le meilleur déguisement!) :flics "undercover", policiers en tenue, mafieux, looks gangsta-rap, avocats véreux, peintre contemporain, agent du FBI, spectateurs du Majestic...

Prochain BCMG: Vendredi 2 Décembre, Spécial "Sales Bêtes" avec PHASE 4 de Saul Bass et BAXTER de Jérôme Boivin. 

 

 

 

Invitez vos amis Facebook à cette soirée: cliquez ici !

 

Retrouvez Matière Focale sur Facebook ainsi que sur Twitter.

Publié dans Mon Général

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lizfiz 17/11/2011 22:21



On veut une critique de Sleeping Beauty venant de Devo !