BON CHIC MAUVAIS GENRE #32 : Les Loosers Contre-Attaquent ! (Spécial Vengeance Contre La Société)

Publié le par Dr Devo

BCMG_32_petit-poster-devo.jpg

[Affiche réalisée par Lammakian Samsenesena. Cliquer pour aggrandir.]

 

 

 

BON CHIC MAUVAIS GENRE, votre soirée double-programme – complotée dans le plus grand secret par une assemblée mystérieuse, tenue  par les projectionnistes du cinéma Majestic de Lille, en collaboration avec l'association Plan-Séquence et Matière Focale.com– vous invite à prendre part à la revanche des ratés, à la vengeance des laissés pour compte. Lâchez-les rats, mettez les masques !

 

 

 

[Le film-annonce de WILLARD est très bien, mais il en décoile beaucoup trop ! Préférons ce bel extrait faisant la part belle au délicieux Crispin Glover, aux beaux cadrages et à al photographie réjouissante...]

 

19H30 : WILLARD. Film de GLEN MORGAN (USA-2003). Durée: 96 minutes. Certaines scènes effrayantes sont susceptibles de heurter le jeune public.

Avec: Crispin Glover, Ronald Lee Ermey, Laura Helena Harring, Jackie Burroughs, Kimberley Patton, William. S. Taylor…

Willard Stiles est un garçon discret, qui prend soin de sa mère dans la grande et poussiéreuse maison familiale depuis la mort de son père. Véritable paillasson au travail, Willard se laisse persécuter par son patron. Socialement inadapté, il n’a aucun  ami… Jusqu’au jour où il découvre qu’une colonie de rats a élu domicile dans sa cave.

Réactualisation du classique de Daniel Mann (réalise en 1971), lui-même adapté du roman Ratman’s Notebook de Stephen Gilbert, WILLARD de Glen Morgan fait partie de ces grandes réussites du film d’horreur animalier. Mêlant efficacement une atmosphère sordide à un humour très noir, Morgan s’autorise un film d’horreur tout comme à l’ancienne, bourré de clins d’œil (à Hitchcock notamment), suffisamment différent de l’original pour nous faire regretter que l’homme ne se soit pas ensuite attaqué à faire de même avec BEN (1972), la suite directe et décevante du film de Mann (soit la vengeance de l’énorme rat insoumis, que ceux qui ne le connaissent pas, auront tout le loisir de détester). Finalement c’est sympa un rat, c’est affectueux, fidèle, intelligent… insatiable, imprévisible et ça se multiplie à une vitesse folle… Ca grignote, ça ronge, ça tue, bref c’est plus utile qu’un chien.

Morgan a très bien su rendre les rapports qui s’établissent entre Willard (joué par l'excellent et rare Crispin Glover, le plus atypique des acteurs américains, ici hallucinant, une fois de plus) et ses deux rats leaders, Socrate, son seul ami, et Ben, qui provoque à chaque apparition un malaise certain. Certes la vengeance de Willard contre ceux qui lui pourrissent la vie est assez jubilatoire, mais lorsque l’on s’improvise chef des rats, il faut craindre le coup d’état.

A noter aussi la présence au générique de Laura Elena Harring, formidable commédienne bien trop rare depuis sa prestation mémorable dans MULHOLLAND DRIVE et celle de R. Lee Ermey qui a marqué des générations de cinéphiles en incarnant le fameux sergent instructeur du FULL METAL JACKET de Kubrick...

 

 

 

 


21H30 : BRUISER. Film de GEORGE ROMERO (USA-2000). Durée: 95 minutes. Interdit aux moins de 12 ans.

Avec: Jason Flemyng, Peter Stormare, Leslie Hope, Nina Garbiras, Tom Atkins…

Henry Creedlow a toujours voulu bien faire. Il a tout accepté, il s’est toujours tu… Quand on le bouscule, c’est Henry qui s’excuse. Quand on fait une plaisanterie douteuse à ses dépens, Henry la trouve bien bonne. Même lorsque sa femme l'a trompé avec son boss, et ce presqu’en public, Henry n’a rien dit. Mais un matin, Henry s’est réveillé sans visage, sans identité. Anonyme, il peutt enfin laisser parler sa colère.

Il a fallu attendre sept ans après LA PART DES TENEBRES pour voir à nouveau un film de George Romero (le présenter serait insultant pour vous qui connaissez forcément George  –Night/ Dawn/ Day/ Land/ Diary/ Survival of the dead – Romero), et c’est un bien mauvais accueil qui a été réservé à BRUISER. Il s’agit certes d’un Romero atypique, mais il ne faudrait pas oublier qu’un "petit" Romero est toujours meilleur qu’un grand Téchiné (il dit qu’il voit pas l’rapport). Rythmé et jamais ennuyeux, BRUISER affiche un côté décomplexé qui le rend fortement attachant, servi par l’interprétation de l’excellent Jason Flemyng et la musique de Donald Rubinstein (à qui l’on doit la BO du très touchant MARTIN et du kitshissime KNIGHTRIDERS, également réalisés par Romero).Indéniablement, BRUISER a une âme, et le réalisateur a de la suite dans les idées. Il n’y a qu’à voir la variation déjantée du FANTÔME DE L’OPERA qui occupe le dernier quart d’heure pour s’en convaincre. Et quand le film sera fini, on pourra tous secouer la tête comme des malades en écoutant le remix punk de Take On Me au générique !

 

 

 

Dress-code  de la soirée (3 DVDs à gagner pour le meilleur déguisement !) : chanteur et/ou musicien de groupe hardrock et/ou métal, patron abusif, jeune cadre dynamique, vengeur masqué, rat/rongeur, chat, vieille mère acariâtre, vieux garçon, costume trois pièces et/ou stricte et/ou raie sur le côté, fantôme de l'opéra et/ou opérette, sociopathe ou spectateur du Majestic.

 

 

 

Réservations fortement conseillées : possibles dès à présent à la caisse du Cinéma Le Majestic. Soirée proposée par Plan-Séquence et  le site Matière Focale.com.

 

 

Vous pouvez inviter vos amis à cette soirée, via la page Facebook qui lui est consacrée: cliquez ici !

 

Retrouvez Matiere Focale sur Facebook: cliquez ici !

 

Devenez fan de Plan-Séquence sur Facebook: Cliquez ici! 

Publié dans Mon Général

Commenter cet article