BON CHIC MAUVAIS GENRE #33 : TEENAGE THRILL ! (Théma "Jeunesse Destroy !")

Publié le par Pete Pendulum

BCMG 33 Poster

[Affiche réalisée par Lammakian Samsenesena. Cliqure pour agrandir.]

 

 

 

BON CHIC MAUVAIS GENRE, votre soirée double-programme – savamment mise en œuvre  par les projectionnistes du cinéma Majestic de Lille, en collaboration avec l'association Plan-Séquence et Matière Focale.com– vous informe de l’imminence de la rentré, Que ceux qui n’ont pas encore procédé à leurs inscriptions et au choix de leurs cours se dirigent vers le Majestic pour un petit rappel de la bonne vie étudiante, avec ses émois, ses tracas, ses délires, ses hallus et sa libido incontrôlable !

 

 

 


[La bande-annonce de HARVARD STORY est tellement loin de ce qu'est le film, que nous avons préféré vous présenter un extrait mettant bien en avant le côté foufou et malicieux du montage, bien plus représentatif de l'ensemble...]

 

19H30 : HARVARD STORY (THE HARVARD MAN). Un film de James Tobak. USA, 2001. Durée: 100 minutes.

Avec : Adrian Grenier, Sarah Michelle Gellar, Joey Lauren Adams, Eric Stoltz, John Neville, Gianni Russo…

Alan, capitaine de l'équipe de basket de l'université Harvard a besoin d'argent pour aider ses parents. Poussé par sa petite amie, Cindy Bandolini, il va avoir recours à des moyens illégaux pour parvenir à ses fins et se retrouve, sans vraiment s'en rendre compte, dans une situation délicate impliquant la mafia et le FBI. Il sera aidé par son professeur de philosophie, Chesney, avec qui il entretient une relation assez particulière.

Ca s’ouvre sur du sexe (un générique sublime) et ça se termine dans un bordel inimaginable (au sens figuré). Ca met en scène Adrian Grenier (TRUE ROMANCE), Sarah Michelle Gellar (BUFFY, THE GRUDGE, SEXE INTENTIONS, qui n’aurait pas fait tache dans cette programmation), Eric Stoltz (le fil rouge de la soirée, on l’a pas fait exprès) et Joey Lauren Adams (très bonne actrice vue dans UNITED STATES OF TARA : bon elle n’y tient pas le premier rôle, mais la série est assez génialissime pour suffire comme référence). C’est par le réalisateur du sulfureux TWO GIRLS AND A GUY, avec Heather Graham et Robert Downey Jr et de BLACK AND WHITE. Ça a été mal reçu et c’est toujours considéré comme un ratage notoire. C’est déroutant, protéiforme, un peu dingue et super attachant. C’est frénétique, sans notion de bon goût mais toujours beau, et d’une inventivité remarquable, une fois passé les doutes quant à la vraisemblance du propos. Bref, pour tout bon-chiqueur et mauvais-genrien qui se respecte, il faut y goûter et c'est tout à fait gouleyant.

 

 


 

[Bon, on vous préviens ci-dessous: le film-annonce est vraiment pas le plus subtile de l'histoire du cinéma. Le film est 1000 fois plus beau...]

 

21H30 : LES LOIS DE L’ATTRACTION (THE RULES OF ATTRACTION). Un film de Roger Avary., USA/Allemagne, 2002. Durée: 110 minutes. Interdit aux moins de 16 ans.

Avec : James Van Der Beek, Ian Somerhalder, Shannyn Sossamon, Jessica Biel, Eric Stoltz, Faye Dunaway, Swoosie Kurtz…

Au Camden College, l'essentiel de la vie des étudiants ne se déroule pas pendant les cours. Dans cet univers de fêtes et de débauche, Sean Bateman n'a pas usurpé sa réputation de tombeur. Paul Denton, lui, affiche au grand jour son homosexualité, mais il a du mal à se trouver des partenaires. Lauren Hynde, pour sa part, est sublime mais  n'en abuse pas encore, trop occupée à chercher sa place dans ce monde libertaire qui obéit tout entier aux lois de l'attraction.

Débarqué en 2003 chez nous, annoncé par un film-annonce abominable, LES LOIS DE L’ATTRACTION se traine désormais un vrai statut culte. Adaptation du roman de Brett Easton Ellis -précédée au cinéma par le choc AMERICAN PSYCHO (réalisé par Mary Harron), et suivit par le moins retentissant (c’est dommage) THE INFORMERS ( de Gregor Jordan)- le film d’Avary (grand collaborateur des Tarantino de la première période et réalisateur de KILLING ZOE) subit avant sa sortie officielle les foudres du comité de censure cinématographique américain, le MPAA, qui le menaçait d’un classement R (une sorte d’équivalent américain de notre défunt X) s’il n’était pas remonté. Les chefs d’accusation ? Contenus sexuel explicite, apologie de la drogue, violence graphique et langage ordurier (diantre, ce dernier est sans aucun doute le pire, vous voilà prévenus !).

 Le tout est soutenu par un casting formidable : la vénérable Faye Dunaway partage la pellicule avec la promotion couche culotte au sein de laquelle on reconnaîtra Jessica Biel, dont on a réussi à retenir le nom qu’il n’y a quelques mois, Ian Somerhalder, dont certain(e)s n’ont jamais eu de mal à retenir le nom, et Eric Stoltz qui s’est illustré dans le film évoqué ci-dessus, vous ne serez donc pas dépaysés ! Un film drôle et poignant, beaucoup plus subtil qu'au premier abord qui s'appuie sur une mise en scène solide et inventive pour mieux laisser dans nos coeurs, in fine, l'empreinte définitive de la noirceur et de la solitude du Monde. Notons qu’Avary prépare l’adaptation d’un autre roman d’Ellis, GLAMORAMA.

Pete Pendulum.

 

 

 

Dress-code  de la soirée (1 DVD à gagner pour le meilleur déguisement !) : Etudiant(e) déluré(e), prof de fac, philosophe, agent du FBI, parent BCBG, infirmier(e) de garde, beau gosse désabusé et/ou cynique, joueur de basket ou de foot américain, dealer, drogué, pompom-girl, animal en peluche  ou spectateur du Majestic.

 

 

 

Réservations fortement conseillées : possibles à la caisse du Cinéma Le Majestic, dés le 4 janvier. Soirée proposée par Plan-Séquence et  le site Matière Focale.com.

 

 

Vous pouvez inviter vos amis à cette soirée, via la page Facebook qui lui est consacrée: cliquez ici !

 

Retrouvez Matiere Focale sur Facebook: cliquez ici !

 

Devenez fan de Plan-Séquence sur Facebook: Cliquez ici! 

Publié dans Mon Général

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article