BON CHIC MAUVAIS GENRE #46 : spécial "Perversions Italiennes" et 25éme Anniversaire du Fanzine Médusa !

Publié le par Pete Pendulum, Didier Lefévre et Dr Devo.

BCMG_46_Posterpetit.jpg

[Affiche réalisée par Lammakian Samsenesena. Cliquer pour agrandir.]

 

 

Ce vendredi 4 Avril, BON CHIC MAUVAIS GENRE , votre belle soirée de cinéma rare, bizarre et de toute beauté, revient, en partenariat avec le site Matière Focale.com et le magazine cinok'n'roll Métaluna. Mais pour une fois, ce ne sont pas les projectionnistes du Majestic qui ont programmé les deux films qui vont nous replonger dans l'univers exquis du thriller déjanté et italien.

Nous accueillons en effet ce mois-ci, le fanzine Médusa, à qui nous avons laissé carte blanche afin de fêter son 25éme anniversaire. Entièrement dédié au cinéma de genre sous toutes des formes, Médusa est une référence incontournable dans le domaine, et sa réputation s'étend à toute la France et même au delà de nos frontières. 25 ans de passion et de travail acharné au service du genre, ça se fête donc dignement. Et pour ce BCMG très spécial, Didier Lefévre, le fondateur de Médusa (qui sera présent) a choisi deux films absolument sensationnels.

Le premier FEMINA RIDENS (connu aussi sous le titre LE DUO DE LA MORT) est une perle rare et atypique, très rare en salle, et qui flirte avec le giallo de manière complètement atypique dans une atmosphère extraordinaire baignée d'un psychédélisme pop bougrement érotique.

Ensuite, ce sera l'occasion de voir en salle le trop rare BLOODY BIRD de Michele Soavi (dont nous vous avions déjà présenté le merveilleux DELLAMORTE DELLAMORE), impressionnant thriller à l'inventivité débridée... Voilà qui promet un anniversaire sublime, sanglant et rare pour le fanzine Médusa !

 

Dr Devo.

 


 

 

 

 

19H30: FEMINA RIDENS (LE DUO DE LA MORT) de Piero Schivazappa, Italie - 1969, VF - 35mm. Durée: 1h48.
Avec: Phlippe Leroy, Dagmar Lassander, Lorenza Guerrieri, Varo Soleri, Maria Cumani Quasimodo.

Maria, une jeune journaliste, doit rendre un article sur la stérilisation masculine (!) en Inde et en Orient. C'est pourquoi elle doit rencontrer l'étrange docteur Sayer qui posséde des ouvrages très rares sur la question. Mais qui est le  docteur Sayer ? Un homme pervers aux pulsions mysogines et torturées ? Un tueur sadique ? Un artiste malsain ? Ou un homme terrifié par les femmes ?
La rencontre, en tout cas, vire vite au cauchemard. Séquestrée, Maria doit subir les jeux sado-masochistes de Sayer ! Et très vite, la situation dégénére au point qu'il est très dur qui, dans ces jeux extrêmes et pervers, est l'esclave et qui est le maître...

 

Prononcez le nom de Piero Schivazappa dans une assemblée de cinéphiles et vous aurez en retour des regards circonspects, des moues dubitatives et des toussotements polis marquant la gêne. C’est sûr, le gaillard, qui a œuvré principalement pour la petite lucarne (quoique certains téléviseurs actuels ont des tailles monstrueuses), a un patronyme moins illustre que les Lucio Fulci, Dario Argento et autres Umberto Lenzi… Pourtant, lors de l’année érotique (1969 pour les gainsbourophobes), il réalisa Femina Ridens (littéralement la femme qui rit, et j’en sais qui ajoutent "est déjà à moitié dans son lit"), sorti sous un titre passe-partout en VHS en France (Le duo de la mort), mais inédit dans les salles obscures de l’hexagone. Nous vous proposons lors de cette soirée de découvrir cette perle (le mot n’est pas galvaudé !) psychédélique (ah ces décors !), pop, érotique (ah ces tenues légères comme des pétales au vent!) ,lysérique , sado-masochiste flirtant avec le giallo et qui donne à Philippe Leroy l’un de ses meilleurs rôles au cinéma, celui du docteur Sayer, maître es-jeux pervers, complexé par la gent féminine, dont la dernière proie (Dagmar Lassander) se révélera moins soumise qu’elle n’y parait…

 

Didier Lefèvre. 

 

 

 

 

 

 

 

[Voici le flm-annonce original de BLOODY BIRD. Bon, ce n'est pas la meilleure du monde, ça sent un peu le fromage mais ça permet de se rendre compte de la superbe esthétique du film, notamment la beauté eds cadres et le soin apporté àla lumière...]

 

 21H30: BLOODY BIRD (DELIRIA) de Michele Soavi, Italie – 1987, VF – 35mm. Durée: 1h30. Interdit aux moins de 16 ans.

Avec : David Brandon, Barbara Cupisti, Robert Gligorow, Martin Philips, Ulrike Schwerk, Mary Sellers, Giovanni Lombardo Radice, Joanne Smith…

Un metteur en scène tyrannique s’enferme dans un théâtre avec sa troupe pour une nuit de répétition intensive. La pièce qu’ils répètent évoque les agissements d’un tueur en série, et c’est avec un certain sens de l’à-propos qu’un véritable tueur va s’immiscer dans le théâtre clos et offrir au spectacle une publicité morbide…

Lorsqu’il se voit offrir l’opportunité par Joe D’Amato de passer à la réalisation, Michele Soavi n’en est pour autant pas un complet débutant. Le jeune homme a en effet déjà eu l’occasion de se faire les dents aux côtés de Dario Argento qu’il a assisté sur les tournages de TENEBRAE et PHENOMENA, un partenariat qui aura fortement marqué le style de Soavi. BLOODY BIRD est un petit carrefour d’influences, outre celle très « suspirienne » d’Argento pour ce qui est des couleurs et des cadrages, celle du slasher américain se fait profondément ressentir. Et s'il est plus proche du slasher que du giallo, BLOODY BIRD n’en est pas pour autant un avatar banal d’un genre que ses codes limitent à un schéma souvent trop prévisible. Qu’il s’agisse de créer une insoutenable tension ou de susciter une béate admiration, l’aisance dans la mise en scène ne fait jamais défaut à Soavi et c’est en digne héritier de la grande classe de l’italian horror (Mario Bava qui approchait déjà le slasher avec LA BAIE SANGLANTE n’aurait certainement pas craché sur BLOODY BIRD) que se présente ce premier film baroque en diable ! Il serait injuste de ne pas citer la musique composée par l’excellent Simon Boswell qui participe activement à l’ambiance débridée ou le traitement du scénario par Luigi Montefiori, qui avant de se mettre à l’écriture s’est fait connaître sous les traits du cannibal repoussant d’ANTHROPOPHAGOUS du sieur Joe D’Amato.

Premier film étonnant à la liberté créative et à l'inventivité époustouflante, BLOODY BIRD est très une oeuvre très aboutie qu'il lui vaudra un statut culte.

Revoir BLOODY BIRD sur grand écran permet donc de retrouver toute la fougue d’un jeune réalisateur et les idées folles et magnifiques d’un cinéma de genre italien qui entamait alors son chant du cygne.

 

Pete Pendulum.

 

 

Dress-code de la soirée (1 DVD à gagner pour le meilleur déguisement !) : journaliste, docteur, prostitué(e), artiste maudit, dominateur(-trice), soumis(e), secrétaire, tortionnaire, metteur en scène, danseur, oiseau, tueur masqué, acteur(-trice) ou spectateur du Majestic.



Réservations fortement conseillées : possibles dés à présent à la caisse du Cinéma Le Majestic. Soirée proposée par  le site Matière Focale.com et le magazine Metaluna. Tarifs: 9 euros les deux films / 1 film aux tarifs habituels.

Nota Bene : ces deux films sont totalement totalement invisibles sur les écrans de cinéma  en France et n'ont plus de distributeur. Ils n'ont donc n'a pas de visa CNC. Les cartes UGC Illimitées, exceptionnellement, ne fonctionneront pas pour ce film. Les utilisateurs de la carte se verront présenter le tarif modeste de 4,50 € (même si vous ne voyez qu'un seul film).

 

 

Prochaine Séance de BON CHIC MAUVAIS GENRE: le vendredi 9 mai.

 

 


Vous pouvez inviter vos amis à cette soirée, via la page Facebook dédié à cet événement: cliquez ici !


Retrouvez Matiere Focale sur Facebook en cliquant ici 
http://cpc.cx/6xE

Vous ne connaissez pas encore le beau bimensuel décalé METALUNA ?
Découvrez leur superbe site internet en cliquant ici:
http:// www.metalunamag.com/ accueil/

 

Publié dans Mon Général

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article