BON CHIC MAUVAIS GENRE #47: spécial "Zombies, le Retour de la Revanche !"

Publié le par Pete Pendulum

BCMG_47_Posterv2matfoc.jpg

[Affiche réalisée par Lammakian Samsenesena. Cliquer pour agrandir.]

 

 

Il y a deux catégories de films, ceux avec des zombies et ceux sans zombies. C’est la première catégorie qui nous intéresse ici puisque BON CHIC MAUVAIS GENRE (BCMG pour les intimes et les feignants), votre soirée double programme organisée, sous la douloureuse contrainte d’une thématique précise, par les projectionnistes du cinéma Le Majestic de Lille, en partenariat avec Metaluna, le mag cinock’n’roll et le site Matière Focale.com, vous propose pour cette 47ème édition une petite révision des classiques. A vos plumes, vous avez 4h !

 

 

 

19h15 : ZOMBIE (DAWN OF THE DEAD) de Georges A. Romero – EU/Ita - 1978 – 117 min – VF – 35 mm – Int -16 ans.

Avec : David Emge, Ken Foree, Scott H. Reiniger, Gaylen Ross…

Dans le monde entier, les morts sont revenus à la vie et attaquent les vivants. Une fois mordus, ceux-ci se transforment à leur tour en zombies. Les autorités tentent d'endiguer l'épidémie. Le seul moyen d'éliminer un zombie est de lui tirer une balle dans la tête. Dans le chaos reignant, un petit groupe est parvenu à trouver refuge dans un centre commercial, et la cohabitation ne se fait pas sans heurt…

 

DAWN OF THE DEAD ou ZOMBIE tel qu’il est connu chez nous dans son montage européen supervisé par Dario Argento est le second volet de l’ex-tétralogie des morts vivants (qui compte à ce jour 6 opus). Plus nerveux et plus court ce montage européen bénéficie d’un sérieux avantage sur son homologue américain : la musique de GOBLIN qui baigne le film d’une atmosphère apocalyptique. Outre ses qualités techniques aujourd’hui surpassables, mais toujours diablement efficaces, ZOMBIE développe une critique acerbe de la société consumériste que Romero met face à ses vices. Il n’y a pas grande différence entre les morts-vivants, qui trainent comme de pauvres loques sous les néons des grandes surfaces, et les vivants qui se barricadent dans cet Eden de l’abondance, et gardent farouchement leur butin face à des hordes de pilleur bien plus dangereux que les zombies, recréant un simulacre de confort domestique. Aussi violent dans son propos que dans sa forme, ZOMBIE demeure l’un des plus grands films de son auteur, son œuvre la plus aboutie consacrée à son sujet de prédilection, dont les suites ne feront que répéter les enjeux sans atteindre le degré de nihilisme et de noirceur de cet opus auquel seule une vision sur grand écran peut rendre justice.

 

 

 

 

21h30 : LE RETOUR DES MORTS-VIVANTS de Dan O’Bannon – EU – 1985 – 91 min – VF – 35 mm.

Avec : Clu Gulager, James Karen, Thom Matthews, Linnea Quigley, Jewel Shepard…

 

Deux employés d'un entrepôt de fournitures médicales libèrent accidentellement un gaz toxique d'un conteneur militaire stocké dans la cave depuis la fin des années soixante et censé ramener les morts à la vie. Le produit ayant également réanimé un mort dans la chambre froide du bâtiment, ils utilisent l'incinérateur du crématorium du cimetière voisin pour se débarrasser du mort-vivant. La fumée générée par la crémation aura de fâcheuses répercutions.

 

Présenté comme une fausse suite à LA NUIT DES MORTS-VIVANTS de Romero, cette comédie punk a aujourd’hui acquis un statut culte. Pour l’anecdote, Romero dut accepter de ne plus utiliser dans ses titres le terme "living dead" pour éviter toute confusion entre les deux franchises. Mais la confusion possible s’arrête au titre, puisque les zombies de Dan O’Banon (scénariste, rappelons-le du ALIEN de Ridley Scott et du premier film de John Carpenter DARK STAR) n’ont plus rien en commun avec ceux de Romero, en effet, ils courent, ils parlent, et fin gourmets, ne se nourrissent que de cerveaux ! Dans sa dissection amoureuse du genre, O’Banon a donc rendu hommage aux infectés italiens (L’AVION DE L’APOCALYPSE  qui anticipait de vingt ans les enragés de 28 JOURS PLUS TAR) autant qu’il a parodié allègrement les classiques du genre (LA NUIT DES MORTS-VIVANTS en premier lieu). Rythmé, enjoué, bourré d’idées démentes et soutenu par une bande-son d’enfer, ce RETOUR marque l’entrée définitive du zombie dans la culture populaire et en fait une icône incontournable. Fort d’un succès qui fit de l’ombre au JOUR DES MORTS-VIVANTS (DAY OF THE DEAD) de Romero, RETURN OF THE LIVING DEAD connaîtra de nombreuses suites, dont seul le 3ème volet, réalisé par Brian Yuzna offre un renouveau appréciable dans le paysage putréfié, on en voudra à personne d’ignorer l’existence des suivants. Un film drôle, maicieux et parfois totalement nihiliste très rare au grand écran.

 

Vous trouverez ici le passionant article du Marquis sur les films de zombies de Romero et sur  sa descendance : cliquer ici !

Pete Pendulum.

 

 

 

Dress-code de la soirée (4 DVD à gagner pour le meilleur déguisement !) : zombie, militaire, jeune drogué, femme enceinte, général, caissier(e) de supermarché, hell's angel, présentateur télé, punk(ette)n Pasty Stone, manutentionaire, ou spectateur du Majestic.



Réservations fortement conseillées : possibles dés à présent à la caisse du Cinéma Le Majestic. Soirée proposée par  le site Matière Focale.com et le magazine Metaluna. Tarifs: 9 euros les deux films / 1 film aux tarifs habituels. Cartes illimitées ugc acceptées.

 

Prochaine Séance de BON CHIC MAUVAIS GENRE: le vendredi 13 juin.

 

 


Vous pouvez inviter vos amis à cette soirée, via la page Facebook dédié à cet événement: cliquez ici !


Retrouvez Matiere Focale sur Facebook en cliquant ici 
http://cpc.cx/6xE

Vous ne connaissez pas encore le beau bimensuel décalé METALUNA ?
Découvrez leur superbe site internet en cliquant ici:
http:// www.metalunamag.com/ accueil/

 

Publié dans Mon Général

Commenter cet article