BON CHIC MAUVAIS GENRE #6: présentation du film AMER en présence des réalisateurs Hélène Cattet et Bruno Forzani

Publié le par Dr Devo

 

 

 

 

 

BCMG 6 couleur

[Affiche réalisé par Dr Devo et John Mek-Ouyes.]

 

 

 

 

 

Pour cette 6éme édition de BON CHIC MAUVAIS GENRE,  les projectionnistes du Majestic et le site Matière Focale.com vous propose une soirée exceptionnelle consacrée au film AMER, film inédit dans la région, pour une projection unique, en présence des réalisateurs. La projection sera suivie d'une discussion avec le public. Lors de cette soirée, Cattet et Forzani nous proposeront de découvrir également un de leur court-métrage…

 

 

AMER, un film de Hélène  Cattet et Bruno Forzani. Film franco-belge. 2010. Durée: 1h30.

Mention spéciale au festival de Gérardmer. Prix du meilleur réalisateur au Montreal Festival Of New Cinema. Prix de la Découverte au Festival de Stiges.

Avec Marie Bros, Delphine Brual, Harry Cleven, Bianca Maria D'Amato et Cassandra Forêt.

 

Ana est confrontée au corps et au désir à trois moments clés de sa vie. Sa quête charnelle voyage entre réalité et fantasme colorés… qui deviennent de plus en plus oppressants. Une main gantée, de dentelle noire l'empêche de crier. Le vent soulève sa robe et caresse ses cuisses Une lame de rasoir effleure son corps. Trouvera-t-elle le plaisir au bout de son parcours chaotique et carnassier?

 

Une photo d'une beauté hallucinante, des cadres superbes, un montage ingénieux et créatif, AMER est le film de toutes les audaces, un espace de liberté, une respiration sensuelle et abstraite: en un mot, un film d'un courage absolu, hors de tous les sentiers battus. Une grande nouvelle pour le cinéma européen!

 

"Produit par François Cognard (ex-critique à la sublime revue défunte Starfix) AMER est un hommage au "gialo" italien  des années 70 (genre situé entre le fantastique et le thriller) qui sait trouver son indépendance, plein d'audaces formelles à couper le souffle et qui fonctionne comme une grande ode lyrique à la sensualité, au désir et à la mort. Sûrement un des films francophones les plus étonnants de ces années…"


 

 

 

 

 


 

 

la fin de notre amour photo 15

 

 

EN BONUS: avant le film projection du court-métrage LA FIN DE NOTRE AMOUR, de Bruno Forzani et Hélène Cattet. 2003. Avec Jean-Michel Vork et Clotilde Fargeix. Pirx du du meilleur court-métrage au Lausane underground Film festival en 2004.

 

 

 

 

 

 


 

Réservation possible (et conseillée!) dés le Mardi 13 Avril.  Une soirée organisée par les porjectionniste du Majestic, l'association Plan Séquence et Matiere Focale.com

 

Prochaine soirée, BON CHIC MAUVAIS GENRE (#7): le vendredi 5 Mai, Spécial Théma "LES ANGLAIS DEBARQUENT".

Avec les films NE VOUS RETOURNEZ PAS de Nicholas Roeg (UK-1973) et THE WICKER MAN de Robin Hardy (UK-1973).

 

 

 

 

 

Dr Devo.

 

 

 

 

Découvrez d'autres articles sur d'autres films en consultant l'Index des Films Abordés.

Retrouvez Matière Focale sur 
Facebook.

 

Publié dans Mon Général

Commenter cet article

nonobstant2000 17/03/2011 19:21



j'ai enfin pu le voir, et je ne sais pas si audacieux est le mot qui me vient à l'esprit..Dario Argento pour le début et la fin, Philippe Grandrieux au milieu..On a l'impression de voir trois
courts-métrages bout-à-bout, ce qui se justifie, mais de façon vraiment limite pour la dernière partie, et son ...final.


Mais une qualité technique, ainsi que de mise-en-scène indéniables, je me demande à quoi ils vont s'attaquer par la suite.



Dr Devo 18/04/2010 01:51



Salut Didier!


Je deguste medusa fanzine et je fus ravi de te rencontrer!


 


je comprends les remarques sur AMER... Mmmmmm, pour a part je m'exprimerais dans le cadre d'une critique prochaine. AMER me parait une trés bonne nouvelle, et pas que pour des raisons
stratégique, dans le milieu morose du cinéma européen. la remarque sur els gros plan est intéressante, et lors de l'article j'y reviendrias et nuancerais car à mon sens, JUSTEMENT, ce n'est pas
1h30 de gros plans!


 


En tout cas, merci d'être venu kemosabes!


 


 


Dr Devo.



Norman Bates 17/04/2010 17:11



Je suis completementde votre avis cher Troxomatic ! C'est long et un peu pénible à la longue. Ceci dit il y a beaucoup de choses très belles, dommage que le film ne soit pas un peu plus "tenu"
par une intrigue peut être un peu plus développé, ou au moins une narration moins chaotique.



tromatoxic 17/04/2010 11:05



Un grand merci à plan séquence et matière focale pour cette initiative, même si au final mon bilan est plutôt mitigé.


D'un côté, AMER est exactement le genre de film qu'on a envie de défendre pour son audace et son originalité.


De l'autre, 1H30 de gros plans sur des yeux et des bouches avec des bruits de piétinement de gravier en fonds sonore, cela devient vite horripilant.


Là où je suis totalement rentré dans le guerrier silencieux, qui est peut-être pourtant un film encore plus difficile qu'AMER, j'ai eu beaucoup plus de mal à pénétrer le film des deux
réalisateurs.


Ces deux films dits sensitifs se distinguent en réalité totalement, le guerrier silencieux magnifiant des cadres fixes qui laissent le temps d'être hypnotisés alors qu'au contraire le montage
quasi épileptique d' AMER rend très difficile cette immersion.


De même, alors que la musique du guerrier silencieux transporte, celle d'AMER est réduite, malgré ce que j'avais pu lire avant, à seulement 4 ou 5 morceaux repris de giallo, le reste du film
étant hélas silencieux ou bruyant.


Enfin, les trois parties du film s'harmonisent plutôt mal.


La première reprend l'esthétique de BAVA, tirée davantage des trois visages de la peur et d'une hâche pour la lune de miel, que de ses purs gialli. Elle s'avère interminable et accompagnée de
scènes parlées qui nuisent à l'ensemble.


La seconde lorgne plus du côté des films de Breillat ou de Kahn (grand bonheur) et s'avère très courte alors que c'était certainement la plus intéressante à développer.


La troisième, la seule à utiliser à 100 % les codes du giallo pour les transposer au scenario, est la plus réussie mais entre temps le spectateur a déjà décroché.


Brefs des réals à suivre c'est certain, même si pour moi j'ai plutôt râté le train.



Didier Médusa Fanzine 17/04/2010 10:06



Merci pour cette soirée Amer !


Dr Devo rules !