devo-tif

[Photo : La voix du progrès, d'après CRAZY CLOWN TIME de David Lynch]

 

 

 

 

Je ne comprends plus ce qui fait rêver les gens. Hier, les grands chantiers pour une place au royaume des cieux permettaient aux foules de surpasser leur triste condition humaine, elles aspiraient à dépasser le matériel (puisque presque inexistant) et ca pouvait suffire à supporter le poids d’une vie pas très intéressante. Aujourd’hui, vu d’ici, le patrimoine culturel d’une civilisation antique a l’air bien plus romantique et émouvant que nos panthéons modernes. Là où hier les hommes bâtissaient en crevant des cathédrales ou des pyramides pour s’assurer un avenir métaphysique par delà l’espace et le temps, notre civilisation aura conçue l’iphone pour pouvoir accéder à facebook en tout point du globe ou aura concentré 2000 ans de technologie pour aboutir à une console de salon pour des générations d’assistés obèses hurlant des insanités dans un langage idiomatique. On en a noirci des parchemins de savoir pour finir par mettre en place un réseau démesuré et indestructible qui servira à s’échanger des photos de chatons ou des images de culs. Mais loin de moi l’idée de parler de dévolution ou de perte de la foi quand mes semblables se sont refugiés dans les émissions culinaires ou la consommation régulière de porno (facettes différentes de la même pièce ?) là ou jadis nos ancêtres crevaient pour manger à leur faim. Qu’on se le dise, à travers la valse des siècles : vous êtes morts pour des trous du cul filmés en 200 millions de pixels ou des statuts facebooks écrits en français approximatif. Mais on peut très bien vivre avec, c’est justement le propos de LA CABANE DANS LES BOIS.

 

Si on ne peut pas donner un sens à l’Histoire du monde à partir du ressenti actuel, et si on ne peut définir de parti-pris dans une situation humaine observée à posteriori, c’est bien parce que les actions d’un quantum particulier n’ont finalement que très peu d’influence sur le tout. Prenons une cabane dans les bois, avec 5 représentants de l’humanité à l’intérieur. On prendra bien soin de mettre un intello, une bombasse, une vierge, un toxico et un athlète afin d’avoir un panel représentatif de la jeunesse d’un pays occidental et on observera leur réaction face à une attaque de zombies, par exemple. Qui peut garantir que tous les facteurs de l’expérience soient connus à l’avance ? Qu’ils soient possible de les recréer à l’identique ? A un niveau atomique tout est semblable, au niveau de l’univers aussi. La physique actuelle dit même en substance que chaque atome contient un univers ! Vous imaginez le bordel ? Tout est similaire mais rien n’est identique. Tous les films d’horreurs avec des adolescents et une cabane dans la forêt ont les mêmes leviers, et Télérama ne les a pas tous aimés ! Ca s’appelle le journalisme en France, et il n’y a pas encore de lois pour ca. Du coup, les petits malins qui ont fait LA CABANE DANS LES BOIS ce sont dit : la physique c’est fantastique, ca excuse le manque de créativité ! C’est un peu la même logique qui sous-tend des manifestations comme la Fête de la Musique : organiser une célébration de la diversité musicale pour que tout le monde fasse des reprises de Nirvana. Mais toute différence n’est hélas pas bonne à entendre.

 

 

J’exagère un peu. Ils sont un peu plus malins que ça. Ils se sont dit qu’ils allaient exploiter ce raisonnement quantique pour faire un film plus malin que les autres, car intégrant à la fois l’équation et sa solution : c’est à dire que la cabane dans les bois sera une situation possible et envisagée, mais en même temps que plein d’autres situation, pour avoir un film d’horreur somme, que dis-je un film “méta”, avec des égyptiens, des pyramides, des anciens dieux, des écolières japonaises (très beau segment par ailleurs), des licornes et des zombies. On en rajoute des couches, on additionne les subterfuges jusqu’a ce que la trame extérieure de film devienne film, etc... Ca aurait pu être très bien, attention ! La première moitié est très bien. Les cartons sublimes balancés dès l’intro pendant une discussion sur les meubles, c’est gratosse et ca fonctionne. La scène ultra exagérée du loup, l’introduction dans la cabane, tout ca c’est très chouette. La réalisation est maitrisée, le suspense bien ménagé... mais tout doit être méta ! Ca ne suffit pas ! En 2012 on ne se contente plus de 5 crétins et d’un serial killer, il faut qu’il y ait des effets spéciaux, des questions de sociétés, des égyptiens mystérieux de la psychologie partout, et du sucre ajouté dans les chocapics. Finalement, tout est expliqué, décortiqué, tout à un sens. La présence de Dieu, la recette mystérieuse du Coca Cola, les problèmes d’érections et pourquoi le héros à tendance à fumer du shit : le film se met à expliquer l’univers dans une cabane en bois. Je sais bien que la prétention est importante, c’est déjà plus intéressant que de vouloir filmer des gros bateaux qui se lancent des missiles dans la gueule pendant deux heures avec comme seule note d’intention montrer le cul de Rihana, mais la moindre des choses quand on veut faire le malin, c’est de le faire jusqu’au bout. Ici la dernière demi-heure servira à tout bazarder, tout l’imaginaire, tous les produits dérivés, de faire un grand massacre en se frottant les mains pour conclure un propos qui s’essoufflait. Les coulisses auraient gagnées à être laissées dans l’ombre, quitte à laisser planer un doute, une ambigüité. Ici que nenni, pas de jeu, pas de traque : la fille se dessape tout de suite, et tant pis pour l’escalier de Sacha Guitry. Du coup, il n’y a plus de peur, plus de tension, et même plus de suspense tellement tout est prévisible arrivé à la moitié du film.



LA CABANE DANS LES BOIS c’est la signature en bas du contrat d’exécution du cinéma bis. C’est la négation totale d’un film comme SCREAM 4. C’est la victoire du forumeur cinéphile qui se déguise pour aller voir STAR WARS. C’est le règne de l'utilitarisme et du tout à un sens. On est loin de la folie, de l’originalité, de la poésie. C’est la goutte de sperme sur la joue du geek qui ne s’est pas branlé depuis 15 jours. C’est la physique qui règne en maitre, le sacre de la science chez des gens qui ont oublié qu’avec une pellicule on peut dérouler des choses plus grandes que la somme des éléments du tout. Cela se veut conceptuel mais c’est juste consommable, c’est là et puis ca disparait. Le héros fume du shit donc il n’est pas manipulé, la vierge n’est pas vierge, à notre époque c’est impossible gros LOL, tout le monde rigole, rigole du foutre qui s’écoule dans le torrent des choses qui sont immédiatement datées, sans importances, sans problèmes, des choses qui constituent toute notre vie et qui nous confortent, à propos de cette fin du monde qu’on dit espérer. C’est d’autant plus frustrant que pour une fois, LA CABANE DANS LES BOIS est plutôt bien réalisé, bien interprété, mais à partir du moment où on a compris, le film n’a plus d’intérêt. Tout est trop cérébral, expliqué, le charme de l’inexplicable oublié. Il y avait moyen de faire plus qu’un coup marketing, plus qu’un simple clin d’œil à HELLRAISER, il fallait descendre, aller dans le crade, taper là ou ca fait mal. L’option choisie ici est celle de l’ironie, du second degré, du grandiloquent dans une fin ou l’enfant casse son jouet dans un déluge d’images de synthèses, une fois qu’il est lassé. Drôle de sensation au moment d’entamer le générique de fin et son rock fm qui clôt un film tristement frustrant au vu des thèmes abordés : manipulation de la jeunesse, dictature des phéromones, place de l’image, importance du savoir… Il faut croire que le changement n’est pas prêt d’arriver.

 

 

 

 

 

NB.

 

 

 

 

 

 

 

Découvrez d'autres articles sur d'autres films en consultant l'Index des Films Abordés.

 


Retrouvez Matière Focale sur Facebook ainsi que sur Twitter.



Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Jeudi 10 mai 2012 4 10 /05 /Mai /2012 14:43

Publié dans : Corpus Filmi
Retour à l'accueil

Ô Superfocale

BUREAU DES QUESTIONS

clique sur l'image

et pose!

 

Recherche

United + Stats


Fl banniere small





 
 





 

Il y a  7  personne(s) sur ce blog
 
visiteurs depuis le
26Août 2005



eXTReMe Tracker



Notez Matière Focale sur
Blogarama - The Blogs Directory

 


statistique

Matiere Focale TV



W3C

  • Flux RSS des articles

Recommander

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés