La Troïka du Pére-Rentrée est Pleine de Cadeaux : Matière Focale vous invite à mettre votre smoking !

Publié le par Dr Devo

AVP_PUTTY-HILL.jpg

 

 

Salut Les Focaliens !

 

Ca y est, les vacances focaliennes sont terminées, et désormais on repart sur les chapeaux de rouille. En effet, les trois prochaines semaines vont être plus que chargées !

 

Et ça commence aujourd'hui, avec nos amis de chez E.D (évidément, ne nous les connaissaons pas, mais on aime bien ce qu'ils font!). E.D, ce sont eux qui ont défendu depuis le début Guy Maddin en France et qui ont sorti tout ses films. Les fréres Quaye? C'était E.D. Bill Plymton, c'est chez eux. Le merveilleux LABYRINTHE DES REVES de Sogo Ishii, c'est encore eux! Et la découverte de l'année, en ce qui me concerne en tout cas, qu'on vous a présenté en cette année dans les soirées BON CHIC MAUVAIS GENRE, j'ai nommé le sublime LES 9 VIES DE TOMAS KATZ de Ben Hopkins, c'est eux !

 

Autant dire qu'ils ont une place un peu à part, et même beaucoup, dans le Pays Aux Plus Bêtes Distributeurs Du Monde, j'ai nommé la France.

 

Et donc, c'est main dans  la main que E.D et Matiére Focale vous offre une invitation pour découvrir la dernière sortie de E.D. Il s'agit du film américain PUTTY HILL de Matt Potterfield.

 

Le film se passe dans le quartier populaire de Putty Hill, à Baltimore. Sur deux jours, on suit un petit groupe d'habitants, souvent des teenagers ou des jeunes, qui vivent un moment un peu trouble de leur histoire. L'un d'entre eux vient de mourrir d'un overdose, et le lendemain, c'est l'enterrement. Entre faux documentaire, trop composé pour être honnête et exploration intimiste qui  fait rejaillir par tous les pores de la fiction, Potterfield fait les choses constament en décalé...

 

Si l'aventure vous tente, nous vous invitons vendredi prochain, le 26 Août, au cinéma Mélies, à Montreuil, pour découvrir le film en présence de Matt Potterfield, son réalisateur qui sera également accompagné d'un des producteurs du film. Il ya 4 Places pour une personne à gagner. 

 

Comment faire pour gagner? C'est trèèèèèès simple ! Envoyez moi un mail en indiquant vos nom prenom, et numéro de téléphone ! Voici mon adresse (que je code un peu pour que les robot spammeurs ne m'innondent pas de mails nigériens!): drdevo - arobase - matierefocale.com

Il faut m'envoyer ce mail avant jeudi 25 soir à 23h59 ! [Ou au pire dans la nuit, je me léverais vers 9 heures, et je bois du café noir, merci!]

 

Voilà, c'est tout. Premiers arrivés, premiers servis.

 

A trés bientôt!

 

Dr Devo. 

Publié dans Mon Général

Commenter cet article

nonobstant2000 28/08/2011 10:47



Habitant de fait dans la région parisienne, j’ai eu l’occasion de me rendre à l’avant-première, et c’est sans calcul ni volonté de renvoi d’ascenseur que je recommande à tout le monde de guetter
cette petite perle le jour de sa sortie en salles, le 7 Septembre, si ça sort du côté de chez vous. PUTTY HILL est un véritable tour de force narratif, la fusion parfaite entre fiction et
documentaire, une démarche qu’on ne trouvait jusque là que dans la littérature, dans l’œuvre de Brett Easton Ellis notamment, souvent imité, jamais égalé, un certain absolu sur lequel beaucoup
continuent de se casser les dents en tombant à chaque fois dans le maniérisme d’auteur. A travers le portrait kaléidoscopique d’une petite communauté de Baltimore, à l’occasion du décès d’un
jeune garçon par overdose, Potterfield livre une réflexion tout en nuance sur le deuil et la perte, et la perception de ceux-ci à notre époque, utilisant parfois le mode de l’interview, quand il
ne laisse pas la fiction apparaître elle-même, progressivement, s’extraire du temps réel et du cours des vies de chacun. La photographie est de plus absolument superbe, mais l’approche du
réalisateur à elle seule vaut absolument le détour.


Mais comme Matière Focale va toujours plus loin, je me permettrais en plus un parallèle au énième degré afin de prolonger l’expérience. On sait qu’ André Téchiné vient de s’essayer à l’adaptation
d’un roman de Philippe Djian, IMPARDONNABLES, exercice casse-gueule s’il en est,  mais moi je vous suggère absolument la lecture d’un autre de ses romans, IMPURETES, et
particulièrement à travers le prisme du film de Matthew Potterfield. IMPURETES est un roman assez atypique de la part de Djian, où il s’éloigne pour un temps de la figure du narrateur-écrivain
(même s’il y a quand-même un écrivain dans l’histoire) dont la quête artistique constitue souvent une part importante du déroulement, pour se concentrer ici sur une toute autre galerie de
personnages, confrontés donc à une situation similaire à celle des héros de PUTTY HILL.


De l’un comme de l’autre, vous nous direz des nouvelles je l’espère bien. En attendant, merci patron, et merci ED Distributions